Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 22:57

Hé oui, chers et bienheureux lecteurs de ce blog, une fois de plus nous avions décidé, Ma Douce et moi, de faire le trajet jusqu'à Budapest dans notre chère et fidèle petite C3, qui venait de franchir allègrement le cap des 200 000 kilomètres, quand même !

Deux différences par rapport aux trajets précédents : la première c'est que je suis néo-retraité, ce qui nous a permis de partir au mois de septembre, et donc d'échapper aux hordes juillettistes et aoûtiennes … la deuxième c'est que, toujours avides de découvertes, nous avons choisi d'explorer une voie plus au nord que celles que nous avons prises jusque là et c'est ce que vous allez découvrir maintenant …

La première raison de notre choix c'est que nous sommes partis du Havre, où nous avions passé un week-end avec mon beau-père, un homme charmant avec qui nous avons mangé des moules, bu du vin blanc, et écouté le dimanche un concert charmant et un peu suranné d'un cithariste fameux au château d'Etelan, situé en baie de Seine. Cela nous avait donné l'occasion de voir passer au loin un cargo, qui semblait glisser doucement sur l'herbe …

vous le voyez, au loin, le cargo ?

vous le voyez, au loin, le cargo ?

Et le lundi, compteur à zéro, réservoir plein, direction … Charleville-Mézières ! Car l'autre raison c'est que ces derniers temps Ma Douce (et moi-même par l'occasion) a beaucoup travaillé sur les « villes idéales », c'est à dire, pour résumer, des villes basées sur un concept d'ordre, d'harmonie, et donc de bien-être pour ses habitants. Il y a là bien sûr une dimension utopique (du nom de l’œuvre de Thomas More parue il y a … cinq cents ans!) mais quelquefois aussi des réalisations bien concrètes comme on peut le voir à Sabbioneta, Palmanova en Italie (voir articles précédents) ou encore Zamosc en Pologne (voir un prochain article?).

Mais un des plus grands plaisirs, quand on voyage, si ce n'est le plus grand, c'est de se laisser surprendre par l'imprévu, et de faire des détours ne figurant pas au programme. C'est ainsi que notre premier arrêt fut pour Guise, pour voir à quoi ressemblait le fameux familistère mis en place par Godin pour les ouvriers de son usine. C'est grand un familistère : des immeubles d'habitation bien sûr (dont l'un contenait l'appartement de Godin lui-même), mais aussi un théâtre, une piscine, des jardins, bref tout ce qu'il fallait pour que le bon peuple ouvrier se sente bien … et travaille mieux ! Une ville idéale à l'échelle d'un quartier, en somme !

le théâtre au fond + un plan général sur une colonne

le théâtre au fond + un plan général sur une colonne

Cependant certaines de ces villes créées ex nihilo avaient essentiellement une vocation militaire, comme Rocroi, lieu de notre première halte programmée. C'est tout petit, Rocroi, et bâti selon un plan radiocentrique où toutes les rues aboutissent à une place centrale, d'où l'on peut voir les remparts qui encerclent la ville. C'est situé tout près de la frontière belge actuelle et au cours des siècles ça a bataillé ferme dans un endroit comme celui-là, comme dans bien d'autres d'ailleurs … C'est ce que nous a montré un petit tour sur les fortifications qui se sont ajoutées les unes aux autres aux 16ème, 17ème et 19ème siècles, finissant par former un immense dédale de fortins, tunnels, et castelets aujourd'hui recouverts d'une belle herbe, épaisse et grasse. Çà et là, des ouvertures béantes dans lesquelles on ne s'est pas risqué à entrer … De retour en ville, nous avons été frappés par la simplicité et la gentillesse des habitants, qui n'hésitaient pas à nous saluer de quelques mots. Nous sommes repartis en gardant l'impression d'une bulle hors du temps, à l'intérieur de laquelle la vie s'écoulait tout doucement …

magnifique terrain de jeux pour les enfants, vous ne trouvez pas ?

magnifique terrain de jeux pour les enfants, vous ne trouvez pas ?

Et donc nous sommes arrivés en fin d'après-midi à Charleville-Mézières, où nous avons bu un pot sur la Place Ducale, toute baignée d'une lumière dorée. L'effet est étrange de voir « en vrai » un lieu sur lequel vous avez lu, réfléchi et écrit quelque temps auparavant : nous y avons retrouvé cette symétrie classique dont parlent les livres, la comparant à la Place des Vosges de Paris (bien que nous soyons pour l'heure dans les Ardennes …) mais aussi une vie dont les livres ne peuvent pas parler : un manège qui est en train de fermer, des terrasses de bistrots qui se remplissent, un groupe de punks un peu braillard, une petite vieille qui se hâte lentement sur les pavés séculaires … Le soir nous avons dormi dans un « AirB'B » situé en périphérie de la ville où nous avons été très bien accueillis.

et votre fidèle scripteur, au beau milieu de tout ça !

et votre fidèle scripteur, au beau milieu de tout ça !

Le lendemain, nantis d'un sac de noisettes « du jardin » offert par notre hôtesse, nous sommes retournés faire un tour en ville … Nous sommes passés devant le musée Rimbaud, installé dans un somptueux moulin rénové, en bord de rivière : je ne suis pas certain que le rebelle Arthur aurait apprécié ce choix ! Dur de passer du statut de réprouvé à celui de gloire locale …

Après quelques hésitations sur le chemin à suivre, nous avons décidé de passer par Sedan, où nous avons eu un peu de peine à trouver le château … C'est pourtant la plus grande forteresse d'Europe ! Mais le lieu est assez mal indiqué, et assez peu mis en valeur. Nous y sommes entrés par la porte des Princes, et nous avons découvert rapidement qu'il s'agissait du lieu de naissance de Turenne, qui s'appelait aussi Henri de la Tour d'Auvergne, il n'y a pas de hasard, fameux chef de guerre de Louis XIV. D'ailleurs nous devions apprendre peu de temps après que ledit Turenne avait fait commettre des massacres sans nombre dans certaines provinces d'Allemagne (le fameux "ravage du Palatinat"), faisant raser des villages entiers, exécuter tous leurs habitants, et suscitant ainsi la réprobation d'une bonne partie de l'Europe. Mais ça on n'en parle pas trop dans nos manuels d'histoire … Puis nous nous sommes baladés librement jusqu'à l'autre entrée qui donne sur la ville. Pas de doute il régnait sur cette forteresse comme un petit air d'abandon...

To Budapest again : la voie du nord (1)

Ensuite nous sommes passés en Belgique, du côté de Virton, sans l'ombre d'un contrôle. Sûrement qu'il est difficile de surveiller tous les points de passage entre la France et la Belgique ( à la limite ce serait plus simple de construire un bon vieux mur, comme certains n'hésitent pas à le faire !) mais on ne peut pas s'empêcher de penser que les terroristes, et autres passe-frontières, ont encore de beaux jours devant eux ! Nous sommes passés sans transition à Luxembourg : un joli paysage, assez vallonné puis la ville elle-même qui a comme un petit air de Suisse, propret et coquet.

Je ne sais pas vous, mais moi, à cause du nom peut-être je m'en faisais une montagne, de Luxembourg ! Je m'imaginais des rues peuplées de mecs et de nanas comme dans les publicités, couvert(e)s de bagouzes et de montres rutilantes, laissant derrière elles et eux des effluves de parfum coûteux … mais pas du tout ! C'est finalement assez simple, au Luxembourg, et puis pas cher du tout, du moins pour ce qui nous a concerné : du diesel à 0,938 le litre, un parking souterrain (très conseillé étant donné le nombre et le comportement des bus qui règnent en maîtres absolus sur la circulation !) à 3 euros pour les 2 heures où nous sommes restés … Nous avons fait un grand tour dans la ville haute, en commençant par une très curieuse cathédrale, séparée en deux parties bien distinctes : une moderne, très « néo » et assez moche et une autre datant de bien plus loin, avec beaucoup d'éléments Renaissance. C'est bien sûr dans celle-là que nous nous sommes attardés, malgré la présence d'un guide qui hurlait ses explications à l'adresse d'un groupe de Brésiliens qui n'en pouvaient mais …

carrément maniériste, n'est-il pas ?

carrément maniériste, n'est-il pas ?

Nous avons vu le palais ducal, les vieux quartiers, les ruines du château primitif, tout ceci paraissant bizarrement imbriqué, et nous sommes revenus par la corniche qui domine la ville basse, comme de vrais bons touristes. Au bout du compte, plutôt sympa, la halte au Luxembourg !

drôle de mélange, avec le quartier de l'Europe au fond à gauche !

drôle de mélange, avec le quartier de l'Europe au fond à gauche !

Mais restez en ligne, chers lecteurs, car bien sûr ce n'est pas fini ! La suite dans le prochain numéro !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Léo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Léo
  • Le blog de Léo
  • : Choses vues, ressenties, rencontres, photos prises pendant mon séjour à Budapest, en Hongrie.
  • Contact

Recherche