Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 15:57

Et voilà qu'à nouveau nous mettons notre petite C3 à contribution : il s'agit cette fois de revenir en France en passant par l'Autriche et l'Italie du nord ...

Pour ce voyage de retour notre plan était assez simple : d'abord un long trajet en autotroute jusqu'à Innsbruck, puis une verticale nord-sud jusqu'à Brescia, et enfin une horizontale est-ouest pour passer la frontière à Montgenèvre. Vous aurez donc droit à 3 articles supplémentaires, bande de petits veinards !

Pour ce qui est de l'autoroute, évidemment pas grand-chose à dire, si ce n'est que ça n'est vraiment pas cher en Autriche : une vignette dans les 8 euors vous permet de rouler tout votre saoûl et nous ne en sommes pas privés : Budapest, Vienne, Linz, avec de temps en temps un coup d'oeil sur la vallée du Danube et ses beaux monastères, Salzburg, et parès tous ces kilomètres avalés (brave petite voiture !) nous décidons de faire une petite halte à Kufstein, endroit de sinistre mémoire pour les Hongrois :

C'est pourtant une jolie petite ville, Kufstein, mais complètement écrasée par la forteresse qui la domine et où furent emprisonnés, aux doux temps de la monarchie autrichienne, bon nombre de rebelles magyars, en particulier après la révolution de 1848 ... Même Sándor Rózsa, le "Robin des bois" hongrois, y a été détenu entre 1859 et 1865 ! Et c'est vrai que quand on s'approche un peu ...

elle fait carrément peur ! N'importe quelle prison est impressionnante, c'est vrai, mais imaginez un peu le moral de ceux qu'on conduisait là-dedans ... A mon avis, ils n'étaient pas près de revoir le jour ... Tout ceci ne nous a pas empêchés de vouloir faire une petite visite, malgré l'heure tardive mais une dame pas très aimable nous a signifié que c'était complètement impossible, même de s'approcher du pied des tours ... Peut-être qu'elle était gardienne dans une autre vie ? Nous avons donc fait une petite balade dans la ville, suivi les bords de l'Inn, visité quelques églises et là, qui avons-nous retrouvé ?

mon chouchou en personne, ce brave Saint Seb avec ses flèches dont il se moque bien ... Avant de reprendre la voiture nous sommes passés par des toilettes publiques (très propres), hé oui je ne vous cache rien, après quelques centaines de kilomètres c'était devenu plus que nécessaire, et là qu'avons-nous remarqué sur un mur ?

ben oui, vous voyez que je ne vous cache décidément rien ... Même si comme moi vous ne comprenez pas grand-chose à l'allemand, je suis sûr que vous comprendrez le message ... pas très accueillant !

Le soir commençait à tomber et il nous restait quelques dizaines de kilomètres à faire pour atteindre le lieu où je nous avais réservé une chambre qui, nous l'espérions nous reposerait de ce long trajet. Quelques jolies choses sur la route d'ailleurs, et en particulier une jolie ville du nom de Schwaz, où nous nous promettons de revenir le lendemain. Et puis ça, que Ma Douce a photographié alors que nous étions arrêtés à un feu rouge :

avec un curieux mélange de trompe-l'oeil quasiment Renaissance et de lampes ... art déco ?

Et puis, à Wattens, nous avons tourné vers les montagnes et nous avons suivi une petite route qui montait, qui montait, qui tournait, qui tournait, et nous sommes arrivés enfin à notre auberge, rustique à souhait. On était bien à Wattenberg,1000 mètres d'altitude, il faisait frais et croyez-moi, après une journée passée à rouler dans une C3 sans climatisation c'est appréciable ! Nous avons été très bien accueillis et une très gentille dame nous a montré notre chambre avec une petite terrasse qui donnait sur les montagnes ...

quel calme ! quelle tranquillité ! quel bonheur ! le soleil se couchait tout doucement, disparaissant peu à peu derrière les reliefs lointains ... Nous soupirions d'aise, Ma Douce et moi ... Ensuite nous avons mangé un dîner assez simple mais roboratif : nous nous étions installés à l'extérieur et, au bout d'un moment nous avons été tout contents de mettre une petite laine ... le pied intégral !!!

Après une nuit bien reposante, nous avons pris un solide petit déjeuner, où même le café était bon ! Vous avez dû remarquer l'habitude qu'ont les hôtels de vous servir un vrai "jus de chaussettes", sûrement pour faire des économies : je trouve qu'on devrait créer une expression du genre "café d'hôtel" pour désigner ce genre de lavasse à peine buvable. Mais peut-être que ça existe déjà ? Alors que je fumais ma première cigarette, des cloches se sont fait entendre et j'ai bientôt vu de saines jeunes filles qui guidaient leurs vaches vers les alpages. Saines, elles ont intérêt à l'être et avec des mollets costauds aussi :

voilà la pente telle que nous pouvions la voir depuis la terrasse du restaurant et, croyez-moi, il n'y a aucun trucage là-dedans ! Quelle vie ce doit être dans ces montagnes, bloqués par la neige une grande partie de l'année, avec des voisins à 2 kms à vol d'oiseau mais à 10, 20 par la route ! La veille, par exemple, il y avait une tablée d'hommes qui buvaient pas mal et qui parlaient fort, l'un d'entre eux surtout. Comment a-t-il fait pour rentrer chez lui ? est-ce qu'on lui a prêté une chambre pour la nuit ?

Mais nous, nous étions frais et dispos, et nous avons repris notre route ...

Partager cet article
Repost0

commentaires