Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 09:40

"Avoir la bougeotte", "ne pas tenir en place", "comme l'oiseau sur la branche" ... on dirait quelquefois qu'on n'a pas le choix ... you've got to move ... comme dit la chanson des Stones, une de celles que je préfère, évidemment ...

https://www.youtube.com/watch?v=mUCoQryE7-k

Ainsi, pour des raisons que vous ne connaîtrez pas et qui d'ailleurs vous importent peu, nous devions aller à Ljubljana. Mais, allez savoir pourquoi, il se trouvait que le trajet le moins onéreux passait par Venise. Dans la vie il y a des détours qui vous échappent. Alors nous avons pris un train pour Charles de Gaulle où nous sommes arrivés vers 15 h. Nous avions trois bonnes heures d'attente avant le décollage.

les loops de CDG : toujours impressionnant quand on arrive de sa "petite province", pas vrai ?

Une fois le contrôle passé, j'ai raflé quelques journaux offerts gracieusement et nous nous sommes assis en salle d'embarquement. Bonne idée, les journaux : après avoir parcouru quelques articles je me suis concentré sur les mots croisés. Non seulement ça fait passer le temps mais en plus ça vous permet de regarder autour de vous d'un air super-intelligent. Comme l'heure de l'embarquement approchait nous nous sommes postés les premiers au début de la file d'attente. En effet nous n'avions que 30 minutes de correspondance entre l'atterrissage à Venise et le départ du bus pour Ljubljana et nous ne voulions pas risquer de nous faire piquer nos sacs pour les faire mettre en soute, au cas où les coffres à bagages auraient été déjà trop pleins. C'est alors qu'un retard d'un quart d'heure fut affiché ... puis d'une demi-heure ... finalement c'est avec quarante minutes de retard que l'embarquement a commencé ... fichu pour le bus qu'on devait prendre ... heureusement on savait qu'on nous avait réservé des places également dans le suivant.

Le gars qui vérifiait passeports et cartes nous apprit que l'avion était arrivé en retard d'Athènes, et qu'en plus il manquait une hôtesse pour repartir.

Dans l'avion Ma Douce et moi étions séparés mais le vol ne durait qu'une heure et vingt minutes ...

Je me suis donc reconcentré sur les sudokus de Libé, un "moyen" et un "difficile", et je ne sais pas si c'est à cause de l'altitude mais j'ai réussi à les faire tous les deux. Ceux qui s'y sont essayé apprécieront ...

Il ne faisait pas tout à fait nuit quand nous sommes arrivés au-dessus de Venise et j'ai pu apercevoir le grand canal qui entre dans la ville ainsi que l'île San Michele qui abrite un beau cimetière.

Le Flixbus est arrivé à l'heure, 21h30, et en route pour Ljublana, où nous sommes descendus 3h30 plus tard, vers 1 heure du mat'. Au passage, nous avons eu le plaisir de revoir Trieste, où nous avons fait escale. Comme le bus s'est dirigé ensuite vers l'est en montant dans les collines, nous avons pu découvrir la ville et la rade d'un nouveau point de vue surplombant et c'était ma foi bien joli ...

C'est pas mal, le bus, aujourd'hui : ça n'est vraiment pas cher (12 euros par personne sur ce trajet), c'est assez confortable (il y a même des toilettes) et sûrement que c'est meilleur que l'avion pour la fameuse "empreinte carbone"? Mais c'est un peu long ...

A Ljubljana, malgré l'heure tardive, on nous a accueillis très gentiment et conduits dans l'AirBnb qu'on nous avait réservé.

Plus tard le samedi, pendant que Ma Douce vaquait à ses occupations, je me suis un peu promené dans la ville ...

Le premier truc sur lequel je suis tombé, c'est ça :

Étonnant, non ? Une stèle à la mémoire d'un "soldat sans nom" de l'armée napoléonienne ... Ah bon ? Il est venu aussi par là, le grand Napo ? Et ses soldats sont tombés pour la liberté du peuple slovène ? Oui, heu ...ce n'est pas si clair ... d'après ce que j'ai compris de mes recherches, la Slovénie n'existait pas encore mais faisait partie des Provinces Illyriennes, qui appartinrent à l'Empire napoléonien de 1809 à 1813. Une courte parenthèse donc, mais qui permet pendant un moment aux populations de ces contrées de se libérer de la domination autrichienne ... Comme quoi on s'instruit en voyageant ...

J'ai poursuivi mon chemin jusqu'à la Ljubljanica, nom de la rivière qui traverse la ville. De petits bateaux à touristes la sillonnaient dans les deux sens, si ce n'est qu'il n'y avait pas beaucoup de touristes. C'est assez cool, Ljubljana, et très propre. En fait on a un peu l'impression d'être en Suisse, sauf qu'on est vraiment en Europe Centrale comme en témoignent nombre de bâtiments :

Beaucoup de baroque donc, mais aussi des édifices du 19ème, la plupart du temps bien restaurés. Un peu plus loin, j'ai vraiment découvert le château :

Dommage que je fusse tellement fatigué ... et que je ne susse point qu'un funiculaire reliait la ville audit château ... du moins c'est ce que je viens de lire dans wikipédia.

Vers 16h j'ai retrouvé Ma Douce car on nous avait prévu une visite guidée de la maison de M. Plečnik, un architecte très célèbre, qui est une des gloires de la ville. C'était assez drôle, cette visite, menée tambour battant par un jeune homme qui parlait très bien l'anglais et qui n'arrêtait pas de regarder sa montre, comme s'il cherchait à battre un record. Est-ce la fatigue ? Je n'en ai pas retenu grand-chose sinon que ce Monsieur n'avait pas l'air facile, genre "célibataire endurci", et qu'il recevait ses visiteurs soit dans une antichambre orientée au nord, soit dans un bureau si étroit qu'il ne pouvait contenir plus de 2 personnes. Mais de beaux objets partout, utilitaires comme des poêles, des chaises, ou décoratifs comme ceux-ci par exemple :

Le lendemain, comme Ma Douce était décidément très occupée, j'ai repris ma promenade dans une autre partie de la ville. Il ne faisait pas très beau alors j'ai opté pour des musées. Le National, tout d'abord, qui contient une partie muséum d'Histoire Naturelle. C'était le 1er dimanche du mois, l'entrée était gratuite, et croyez-moi, il y avait foule. Beaucoup de familles avec de petits enfants : certains ont été très impressionnés par mon grand chapeau noir. Un musée très bien fait d'ailleurs où l'on s'aperçoit une fois de plus que les Romains (eux aussi) sont passés par là et que l'ancêtre latin de Ljubljana s'appelait Emona.

Puis je suis allé à un musée d'Art Moderne, dans lequel j'ai surtout remarqué quantité d'affiches politiques concernant les partisans ayant combattu pendant la seconde guerre mondiale. Pour le reste ... Enfin, comme le temps s'améliorait, je me suis décidé pour une petite promenade au Tivoli, une grande allée bordée d'arbres et, en l’occurrence, de panneaux présentant des photos d'architecture. D'une manière générale je dois dire que j'ai été surpris par la vitalité artistique de cette ville, comme en témoigne le nombre incroyable de galeries en tous genres.

J'aurais bien voulu m'attarder un peu plus dans un 3ème musée, celui des Beaux Arts ? qui avait l'air très riche et très intéressant, mais l'heure du repas approchait à la suite duquel nous devions prendre un autre bus ... J'ai choisi des saucisses slovènes, fort rustiques et que je n'ai pas pu terminer ...

dernière image de Ljubljana : un portique des années 50 où figurent des emblèmes communistes abritant des statues baroques

Un nouveau Flixbus donc, pour Budapest cette fois, où nous devions arriver ... six heures plus tard.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires