Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 08:50

Cela fait combien de fois ? Cinq fois, six fois peut-être que nous prenons la route entre la France et la Hongrie ? Ah peu importe, je n'ai pas trop envie de compter, et ce qui importe c'est une fois de plus de découvrir de nouvelles gens, de nouveaux sites, de nous gorger, une fois de plus, de toute la beauté rencontrée sur notre chemin …

 

Plusieurs nouveautés cette année : d'abord nous avons changé de voiture ! Notre « bonne vieille » C3 commençait à être un peu fatiguée, ce qui se comprend après 280 000 kilomètres de bons et loyaux services. Et puis, comme nous devions emmener Notre Vieille Amie jusqu'à Budapest (et quand je dis « Vieille », ce n'est pas juste une image, étant donné qu'elle compte maintenant 93 printemps), nous ne voulions pas risquer de tomber en rade quelque part en Italie, même avec notre assurance MAIF. Nous avons donc sauté sur une occasion qui se présentait sous la forme d'une Audi rouge et belge, mais ce serait une trop longue histoire à vous raconter … En tous cas, une très bonne « routière » dont nous espérons bien exploiter à fond toutes les capacités. Troisième nouveauté : comme nous devions, avant de partir, passer quelques jours en Provence nous avons demandé à Notre Amie de prendre le TGV jusqu'à Aix en Provence, ce qui pourra être considéré cette fois comme notre point de départ.

Cependant, comme un avant-goût du reste, entre notre domicile et la Provence, nous avons fait quelques trouvailles dont je trouverais dommage de ne point vous parler ...

Celle-ci tout d'abord :

Peut-être l'avez-vous reconnue ? Il s'agit bien de la fameuse "danse macabre" de la Chaise-Dieu ... En plus nous avons eu la chance, tout-à-fait par hasard, de bénéficier d'une visite commentée par un moine résidant à l'abbaye, qui nous a tout bien expliqué : les différents personnages, leurs attributs, leurs postures, leur enthousiasme très relatif à se laisser entraîner dans la ronde, c'était vraiment passionnant !

Malgré le temps qui filait, nous avons poursuivi notre exploration des lieux et bien nous en a pris car nous avons découvert ceci :

autrement dit une autre salle couverte de tapisseries flamandes du XVème siècle, qui valaient la peine qu'on les regarde de près :

Le principe général était le suivant : au centre une scène du Nouveau Testament, encadrée de deux scènes de l'Ancien et en relation avec lui ... Et dans le détail d'étranges signes des mains, qui semblent parler un alphabet secret :

Forts de ce mystère, nous avons poursuivi notre route et, quelques jours plus tard, non loin d'Aix, nous avons fait une nouvelle découverte pour le moins surprenante :

le château de la Tour d'Aigues que nous ne connaissions absolument pas, dont nous n'avions jamais entendu parler ! Et pourtant d'après la page de l'Office du Tourisme "il constituait sans aucun doute le témoignage le plus grandiose de l'architecture privée de la Renaissance", rien que ça ! Je l'ai mitraillé,

et Ma Douce l'a mitraillé à son tour ...

Dommage qu'il fût fermé, on n'a pas très bien compris pourquoi.

Après une courte escale (et un court pique-nique) à la fondation Vasarely, dans la banlieue d'Aix, il était temps d'aller chercher Notre Amie à la gare TGV. Quel drôle d'endroit ! Imaginez un anneau tout autour de la gare, avec une entrée pour les "départs" et, en face, une autre pour les "arrivées" : vous n'avez pas intérêt à vous tromper ! Et tout autour de cet anneau, tout un tas de voitures garées plus ou moins sauvagement : probablement des usagers quotidiens qui n'ont pas envie de payer le parking ? Bref, nous avons récupéré notre Judith sans encombre et nous sommes vite sortis de là !

Nous avons roulé en Provence d'abord sur une nationale, puis pour avancer un peu plus vite nous avons opté pour l'autoroute jusqu'après la frontière italienne, puisque Bordighera devait constituer notre première étape ... A tout de suite dans le prochain épisode !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires