Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 11:30

Sziasztok, bonjour à tous ! Voilà un moment que je n'avais pas écrit dans ce blog : même à la retraite, on a toujours trop d'occupations !

Le titre de cet article vous aura peut-être surpris. Bon "Corbu" vous connaissez, j'imagine ? "Le" Corbu, Le Corbusier ... architecte autant admiré que détesté, et qui laisse difficilement indifférent. On a tendance à le rendre responsable des grandes barres d'immeubles qui forment aujourd'hui les "quartiers", des cages à lapins préfabriquées pour lesquelles le (mauvais) béton est roi. Mais c'est aller un peu vite en besogne ... êtes-vous déjà allé à la Cité Radieuse de Marseille, par exemple ? Et c'est oublier aussi que Corbu a bâti bien autre chose que des immeubles, comme à la villa Savoye qui se trouve à Poissy ...

Or il se trouve que j'ai eu l'occasion il n'y a pas longtemps de visiter une exposition de photos de Lucien Hervé, mises en scène dans cette villa Savoye.

Mais qui est Lucien Hervé, me direz-vous ? Eh bien, c'est un photographe d'origine hongroise, d'où sa légitimité à figurer dans ce blog. Lucien Hervé d'origine hongroise ? Vous plaisantez, ce me semble ! Eh bien pas du tout car son véritable nom était Elkán László, ce qui fait tout de suite davantage magyar, vous en conviendrez. En fait ce monsieur a eu une vie assez mouvementée ... Pour résumer il a émigré en France en 1929 et, même s'il se destinait à la musique ou à la peinture, il fallait bien vivre et il a commencé à faire des photographies dans le milieu de la mode. Mais la guerre arrive et en 1940 il est fait prisonnier à Dunkerque. Il s'évade en 1941 et rejoint bientôt le maquis du Vercors où il se fait appeler Lucien Hervé. CQFD ...

En décembre 1949, sur les conseils du révérend père Couturier (qui l'avait déjà présenté à Matisse), il se rend à Marseille, sur le chantier de la Cité Radieuse. Il y prend plusieurs centaines de clichés en une seule journée, qu'il envoie ensuite à Corbu. En retour celui-ci s'enthousiasme pour sa façon de rendre compte de la construction en lui disant : "Vous avez l'âme d'un architecte !" Et c'est ainsi que ces deux hommes ont collaboré jusqu'à la mort de Le Corbusier survenue en 1965. On peut d'ailleurs lire régulièrement que Lucien Hervé était le photographe "attitré" de ce grand architecte ...

J'espère que vous comprendrez maintenant tout l'intérêt d'exposer des photos de l'un dans un bâtiment construit par l'autre, d'autant que je me demande si ce n'est pas la première fois que cela arrive.

L'exposition était d'autant plus intéressante qu'elle avait été réalisée en collaboration avec des étudiants de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Ceux-ci ont donc imaginé des structures métalliques destinées à présenter les œuvres sous le meilleur angle, et en harmonie avec le lieu qui les recevait.

J'ai été particulièrement frappé par le jeu de certains reflets :

En effet la villa étant presque entièrement vitrée, tous les jeux avec la lumière y sont possibles :

D'autres fois on pouvait trouver une correspondance entre les matières utilisée et photographiée, comme ici entre les petits carreaux du reposoir de la salle de bains, et les pavés parisiens :

En fait j'ai passé mon temps à la mitrailler, cette villa, et c'est vrai que c'est très inspirant, un lieu comme celui-là, même pour un photographe maladroit et débutant comme moi. Je peux donc assez facilement imaginer la fièvre et l'enthousiasme de Lucien Hervé quand le "Maître" lui confiait une nouvelle mission, que ce soit à Ronchamp ou à Chandigarh ...

Une très belle expo donc, source et fruit d'un dialogue intime entre deux grands artistes. Tout ce qu'on peut espérer de plus c'est que l'un comme l'autre auraient vraiment apprécié de voir leurs œuvres ainsi conjuguées ...

Szia everybody ! so long, so long ...

Partager cet article
Repost0

commentaires