Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 18:38

Nous sommes donc repartis le dimanche 30 août, direction la France et notre petit chez-nous. Dans le coffre il y avait : un cageot de pommes du Balaton, quelques colbasz pour offrir aux amis, un sachet de paprika pour la voisine, quelques vieux bouquins glanés chez les antikvarium, une bouteille de palinka offerte par des cousins compatissants ... Et il fallait donc passer la frontière autrichienne avec tout ça. Aux dernières nouvelles, cela ne s'arrangeait pas vraiment du côté de Hegyeshalom, le grand point de passage sur l'autoroute entre Budapest et Vienne : 2-3 heures d'attente vu que les douaniers autrichiens faisaient passer les voitures sur une seule file pour contrôler on ne savait quoi. La provenance des véhicules ? Est-ce que les Serbes (au hasard) étaient mis de côté ? ou les Roumains ? les Croates ? ou même (gasp !) les Français ?

Oui mais voilà ... Nous, enfin Ma Douce surtout, on avait une assez bonne connaissance de la région, une bonne carte, et en plus le projet de nous rendre au Danubiana, qui est un musée slovaque d'art contemporain situé au milieu du Danube. Nous sommes donc sortis de l'autoroute à Mosonmagyaróvár, puis nous avons suivi une petite route jusqu'à Rajka et au-delà jusqu'à la frontière slovaque que nous avons franchie sans même nous en rendre compte ...

Nous avons traversé le Danube sur le dos d'un barrage qui fut très contesté dans les années 80, à tel point que Ma Douce pensait que le projet avait été abandonné. Manifestement ce n'était pas le cas ! D'ailleurs l'histoire est compliquée et il semble bien (?) qu'il ait été remplacé par un autre barrage un peu plus en amont sur le fleuve ... Et puis nous sommes arrivés sur une île au milieu du Danube, un endroit assez magique où le musée a été construit en 2000.

un musée comme un paquebot posé sur le fleuve ...

Comme vous le voyez les parois sont entièrement vitrées, ce qui offre bien sûr un tas de perspectives intéressantes :

on a l'impression quelquefois de marcher sur l'eau ...

D'ailleurs l'extérieur n'est pas mal non plus, il y a un grand parc parsemé de statues, d'"œuvres" dont certaines sont, hélas, vraiment moches ! Une chose que nous avons remarquée : toutes les "œuvres" qui nous plaisaient dataient au moins des années 70 ! Pour le reste beaucoup de couleurs criardes, beaucoup de redites aussi : probablement qu'aujourd'hui cela devient de plus en plus difficile de créer quelque chose de vraiment nouveau. Ah oui, il y a une terrasse aussi, avec un beau point de vue :

Mais le temps passe, et il nous reste encore bien de la route à faire, et la frontière autrichienne à franchir ! Eh bien on ne s'en est pas trop mal sorti : on a dû attendre une demi-heure à peu près entre Jarovce (Slovaquie) et Kittsee (Autriche) et on peut affirmer, après l'avoir vue de près, qu'on n'a rien compris à la manœuvre autrichienne. Un camping-car espagnol s'est fait violemment mettre de côté par un geste autoritaire du bras juste devant nous, et puis finalement il a pu poursuivre sa route. Notre tour est arrivé et du même geste qui ne souffrait aucune discussion on nous a laissés passer ... Allez comprendre !

Le plus pratique quand on fait la route entre la Hongrie et la France c'est de dormir à la hauteur de Munich, qui se trouve à peu près à mi-chemin. Nous on avait réservé dans un hôtel à Velburg, un village bavarois bien typique pas très loin de Nuremberg. Pourquoi Velburg, et plus précisément à l'Hôtel Gasthof Zur Post de Velburg ? Eh bien parce que nous le connaissions déjà d'un précédent voyage et qu'on était sûrs d'y bien manger et d'y bien dormir ... C'est ça quand on vieillit, on prend des habitudes ! Et l'hôtel également est très typique :

ça c'est l'entrée vue de l'intérieur ... il ne faisait plus que 14° ce soir-là !

On avait eu très chaud à Budapest, la veille encore au moment de la visite du monument de Trianon il faisait 33 degrés, et là, d'un seul coup ... qu'est-ce qu'on se sentait bien ! Après les formalités d'usage on nous a donné les clefs de notre chambre :

vous commencez à comprendre ? ...

Eh oui, l'hôtel "Gasthof Zur Post" est TRÈS typique de la Bavière, atmosphère "Nature, Chasse, Pêche et Traditions" ... La preuve dans la salle à manger, où il vous faut avaler votre repas, entouré de toutes sortes d'animaux empaillés :

"Herbst" ça veut dire "l'automne", saison bénie pour tout ce genre d'activités ...

Mais même dans les couloirs, au détour d'un coude de l'escalier, il arrive de faire des découvertes assez surprenantes :

assez kitsch, je vous l'accorde ...

Voilà, après cette immersion bavaroise, il était temps de reprendre la route pour Paris où nous devions retrouver notre bonne vieille amie Judith. Malgré ses 94 ans, elle était en pleine forme, et elle nous a accueillis comme il se doit !

Partager cet article

Repost0

commentaires