Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 14:20

 

Et voilà que nous sommes arrivés à Schmalkalden, qui nous a paru complètement fantomatique et déserte en ce premier soir ... De jolies maisons, certes :

mais pas un chat, ou presque ! On a fini par échouer au "Mojito bar", apparemment le seul bistrot ouvert dans toute la ville, avec sa terrasse d'habitués qui parlaient fort (mais qui se sont tus quand on s'est installé) et son patron ... cubain, comme je l'appris peu après. Bon sang, que la bière fut bienvenue !

Nous nous sommes donc posés, à nouveau pour quelques jours, et nous avons commencé à sillonner la Thuringe qui s'offrait à nous ... Ah non, d'abord nous nous sommes précipités au Viba, qui est une grande fabrique de "nougats" (avec restaurant, parc, cinéma, musée et même des ateliers d'initiation à la confection de ces merveilles de douceur) qui n'ont rien à voir avec les nôtres : crémeux, fondants ... et qui ne collent pas aux dents ! Mais la gourmandise n'ayant qu'un temps, nous sommes partis à la découverte d'autres merveilles, plus solides ... Nous avons commencé assez modestement par un château "resté dans son jus", celui de Kranichfeld :

très mignon, fort Renaissance dans l'ensemble et qui mériterait sûrement une autre mise en valeur. Deux surprises nous y attendaient : d'abord, quand nous sommes arrivés, une noce "gothique" en sortait (avec une mariée toute en noir), ce qui produisait quand même un effet assez surprenant et d'autre part nous avons appris que des déportés de Buchenwald (qui se situait pas très loin) y avaient travaillé, même si on n'a pas bien compris ce qu'ils y faisaient exactement.

Le même jour nous sommes allés à Weimar, petite ville fort charmante qui ne garde pas beaucoup de traces de la République qui porte son nom. Ah mais Weimar me direz-vous, c'est aussi Goethe, n'est-ce pas ? Tout à fait et l'essentiel de notre court séjour a consisté à arpenter l'immense parc qui porte son nom, en bordure de la ville. Immense parc, très beaux arbres, et au milieu la "maison de campagne" de l'illustre penseur-poète-homme de science :

Plutôt modeste, la maison du génie, vous ne trouvez pas ? Et c'est plutôt réjouissant, je trouve, de penser qu'un homme de cet acabit savait se contenter d'une relative simplicité ...

Dans la ville de Schmalkalden elle-même, nous avons pu bénéficier d'une longue visite, enrichie de moults explications historico-patrimoniales. Nous avons ainsi appris que cette ville, qui nous était quasiment inconnue jusque-là, avait joué un rôle vraiment important aux débuts du protestantisme, et que Luther y avait même habité ! D'ailleurs c'est drôle : dans cette région de la Thuringe on rencontre Luther un peu partout, comme on rencontre Jeanne d'Arc dans la Touraine ... Nous avons terminé cette visite par celle du château, dans le soir tombant  :

Un autre jour (mais lequel ? un samedi peut-être ?) nous avions prévu de visiter le château d'Eisenach, ou plutôt de Wartburg, qui domine la ville. C'est vraiment, paraît-il, un gros et beau château ... d'ailleurs c'est là que Luther a traduit la Bible en allemand, c'est pour dire ! Oui mais voilà, comme c'était samedi (?), qu'il faisait très beau, et que les vacances touchaient à leur fin, il y avait un monde fou à Eisenach et on a compris qu'il nous faudrait marcher plusieurs kilomètres au sein de la foule si l'on voulait visiter ce fameux château. Il y a des moments où il faut savoir changer son fusil d'épaule ... nous avons donc choisi de pousser jusqu'à Gotha, ce qui fait tout de suite plus "chic", non ? Appartenir au Gotha (de la finance, de l'économie, par exemple) c'est bien faire partie de l'élite, non ? Alors, quel rapport avec la ville ? Cela remonte au 18ème siècle, car c'est dans les années 1760 qu'y apparaît, initié par le gentilhomme Guillaume de Rothberg, un almanach contenant entre autres toute la généalogie de la maison de Saxe et celle des empereurs d'Allemagne. Y être cité donnait donc une certaine importance à la personne. Puis, à la fin du XIXe siècle, il comporte toute l'aristocratie de l'Europe sur environ un millier de pages découpées en trois parties, selon l'importance des titres, et devient ainsi le "bottin mondain" de la noblesse européenne.

Une découverte intéressante, cette ville de Gotha. Bien sûr, il y a l'inévitable château, le "Schloss" comme on dit là-bas, surplombant une perspective parfaitement symétrique qui aboutit, en bas, à l'hôtel de ville. Le tout était en travaux, donc difficile de faire des photos esthétiques, mais de chaque côté de la perspective une suite de maisons anciennes et intéressantes, comme celle de la famille Cranach, par exemple. Pourtant ce qui m'a paru le plus curieux c'est que dès qu'on s'éloigne un peu de cet îlot ancien, par une rue transversale, on se retrouve en pleine ville "socialiste", avec immeubles, parcs de verdure, escaliers, ... C'est pourtant une de ces rues qui nous a conduit à l'église des Augustins, presque planquée entre deux immeubles :

Assez surprenant, n'est-ce pas ? Nul doute que cette église catholique (elle fut fondée au XIIIème siècle, et le cloître adjacent en atteste) a subi un fort remaniement protestant (d'ailleurs elle sert de temple aujourd'hui) mais des éléments gothiques, Renaissance ou baroques persistent et c'est un peu comme si on les avait plaqués sur une structure étrangère ? Luther serait-il aussi passé par là ? Hé oui ! il a prêché précisément dans cette église en 1521 ...

Et puis bon, il était temps de remonter au "Schloss" pour le visiter ... On l'a fait au pas de course, vu qu'il ne restait plus qu'une heure avant la fermeture. Cela ne nous a pas empêchés de nous arrêter devant quelques merveilles :

ça, c'est la salle de bal, d'une beauté, d'un luxe inouïs !

Bien sûr il y a les plafonds mais ce sont les parquets qui m'ont le plus impressionné, d'une complexité, d'un raffinement rarement vus. Ils ne sont, hélas, guère visibles sur la photo ...

Et puis il y avait des vitrines aussi, toutes pleines de trésors : un petit éléphant tout harnaché d'or, des batailles miniature sculptées dans l'ivoire, et puis ça :

et ça, c'est la coquille d'un nautile, peinte, ciselée, rehaussée d'un métal précieux ... admirez le travail !

Partager cet article
Repost0

commentaires