Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 18:40
qui m'ont étonné depuis que je suis en Hongrie :
- on ne peut jamais trop savoir le temps qu'il va faire, il n'y a pas vraiment de vent dominant, et la météo peut changer plusieurs fois dans la journée. Aujourd'hui, par exemple, il faisait très beau le matin puis ça s'est couvert soudainement vers 11 h comme s'il allait pleuvoir, et puis non finalement ça s'est maintenu, avec des bandes de nuages moutonnants ;
- le réseau de transports en commun de Budapest est incroyablement développé ! On trouve de tout : métros, bus, trams, HEV ('équivalent du RER parisien, mais qui peut vous amener, lui, en PLEINE nature !), et en quantité ! Un peu de toutes les époques aussi :



- les sirènes des ambulances ! avant de venir ici, je ne savais pas qu'une sirène pouvait être modulée selon autant de sons, de rythmes et de tonalités différentes ! en plus, comme on habite dans une rue au bout de laquelle il y a un grand hôpital, c'est quelquefois un vrai festival ! tout dépend de l'inventivité de l'ambulancier-e ...
- les hommes et les femmes, surtout à la radio et à la télé, sont capables de parler un temps incroyablement long sans reprendre leur respiration. C'est certainement dû à la langue, faite de tas de mots compliqués et interminables. Je vous en donne deux petits exemples pris dans le train (la ligne du haut est en hongrois) :


et à la devanture d'un magasin :


Quoi qu'il en soit, je suis sûr que le volume moyen des poumons hongrois est largement supérieur à la moyenne européenne !!! Ceci, d'ailleurs, pourrait expliquer pourquoi ils sont si forts dans les sports d'eau, comme le water-polo ...
- quand une rue est coupée par une autre, sur la maison qui fait l'angle, sont soigneusement indiqués les numéros de la rue existant jusqu'au bloc suivant. Ce souci de précision conduit quelquefois à des situations intéressantes ...

Autrement dit, il n'y a QUE le numéro 59 entre ce coin de rue et le suivant : pratique, non ?
- dans le métro, il faut faire extrêmement attention, surtout quand on est étranger ! Non pas aux pickpockets ni aux agressions, dont je n'ai vu aucune trace jusqu'à présent, ni même à sa direction qui est partout clairement indiquée. (rien à voir avec le métro de Londres par exemple, où je me souviens m'être perdu avec mes deux fils, leur copain, et une valise intransportable, et où nous n'avons dû notre salut qu'à l'aide d'une gentille dame qui nous a fait passer par une espèce d'escalier dérobé ...) Rien de tout ça donc, mais une règle très bizarre : quand vous changez de ligne pour une correspondance, vous devez utiliser un nouveau billet ! Et gare aux fraudeurs : les contrôles sont nombreux, et les contrôleurs-ses pas spécialement bienveillant-e-s !
- dans le bus, c'est encore pire : n'importe quel-le quidam-e peut soudain se lever, se coller un brassard autour du biceps, et se transformer illico en contrôleur-se !!! C'est Ma Douce qui me l'a dit, mais personnellement je ne l'ai encore jamais vu : une pratique héritée du socialisme, et en voie de disparition ?
- les feux de circulation passent du vert à l'orange puis au rouge, c'est normal, me direz-vous. Ce qui l'est moins, quand on est Français, c'est qu'ils font aussi le chemin strictement inverse : du rouge à l'orange et au vert. Et c'est pas mal du tout, comme idée !
Voilà, c'est ce qui me vient à l'idée pour l'instant mais nul doute que ce chapitre aura une suite ...

Viszontlátásra !



Partager cet article
Repost0

commentaires

L
En attendant, je lis, je commente... ;)
Répondre