Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 14:55
Peut-être parce que la pension était toute rose, nous nous sommes levés assez tard le lendemain. Nous sommes retournés à Odorheiu Seculiesc / Székelyudvarhely (le roumain, c'est quand même vachement plus facile !) où nous avions dîné la veille au soir d'un généreux kebab. Précisons qu'il s'agit du lieu de naissance du grand-père de Ma Douce, tout de même ! Nous y avons tiré un peu d'argent et sommes partis sur la route des portails ...


Ces portails sont une des spécialités du pays sicule qui, je l'appris par la suite, en comporte bien d'autres. Comme vous pouvez le constater à l'extrême droite de la photo, ils se fabriquent toujours, et toujours sur le même modèle général, bien que la partie supérieure, sous le petit toit, serve de moins en moins de pigeonnier :


D'un portail à l'autre tout est identique ou presque, et pourtant tout est divers. Cela est probablement dû en partie aux variations induites par le degré d'usure du bois employé, qui noircit assez vite avec le temps.
Ces portails et les barrières qui les réunissent semblent montrer qu'en pays sicule "charbonnier est maître chez lui". D'ailleurs certaines inscriptions "personnalisées" sur les portails le disent clairement "Ami, si tu ne viens pas avec de bonnes intentions, tu peux passer ton chemin!" Est-il besoin de préciser que toutes ces inscriptions sont écrites en hongrois ? Et dans un hongrois peut-être plus "pur", plus "authentique" que le hongrois moderne parlé à Budapest ? En effet, il semble y avoir entre le hongrois de Siculie et le français de Montréal quelques similtudes, notamment dans la conservation vivante de tournures et de mots anciens, apparaissant comme des archaïsmes dans la langue originelle. Mais la situation géopolitique ne fut-elle pas à chaque fois celle d'une minorité très attachée à la représentation identitaire de sa langue ? Ajoutez à cela la réputation qu'a le Sicule de parler peu, et de ne pas "user" les mots pour ne rien dire ...
Nous arrivons ensuite dans un endroit comme j'en ai connu au Maroc et, dans une moindre mesure, à Madagascar. Il s'agit d'une station thermale abandonnée répondant au doux nom de Homoródfürdő. Dans un sous bois ombreux et humide, où c'est l'automne toute l'année, s'étagent de beaux chalets désertés, qui tombent lentement en ruines. Auprès de la source qui se trouve en contrebas, c'est une autre affaire : des hommes vigoureux, au teint fleuri, remplissent à la chaîne des bouteilles en plastique d'un litre et demi, en quantités industrielles. A nous qui en tenons chacun-e une, ils consentent à laisser la place pour une minute, ce dont nous les remercions. Cette eau est vraiment spéciale, et pas du tout appétissante avec sa couleur de rouille pâle et sa forte odeur de soufre. Mais il faut surmonter sa légère répugnance et la boire car elle semble souveraine contre les foies un peu chargés.
A nouveau nous pique niquons au bord d'un ruisseau, juste avant Lueta / Lövéte, mais seuls cette fois puisque ce n'est plus dimanche. Nous jouons à imaginer ce que nous ferions si un ours sortait de la forêt pour se désaltérer en cette chaude journée de mai ...

Puis nouvelle visite d'une église, unitarienne cette fois, à Craciunel / Homoródkarácsonyfalva (no comment !). Et voilà encore une "spécialité" de Transylvanie, l'église unitarienne (qui réunit des chrétiens refusant d'adorer la sainte Trinité) y ayant vu le jour officiellement vers 1570, à la suite de différents schismes ... non-violents, il est bon de le préciser alors qu'à l'autre bout de l'Europe se déroulait le massacre de la Saint Barthélémy ... Là encore des trésors, petits ou plus grands, sans grande valeur marchande, certes, mais d'autant plus précieux qu'il faut se donner la peine de les découvrir ...
un "sondage" sur un banc fait apparaître les décorations du 18ème ...

La visite est conduite par une femme vive et très gentille, qui n'est autre que la ministre de cette église. Mais bientôt elle doit nous quitter car elle attend un groupe d'Américains ... chez qui la religion unitarienne est très présente !
Nous avons donc tout notre temps pour admirer encore une fois les fresques de Ladislas chevauchant, bataillant, épistrouillant et épastrouillant ...  (voir J4) Epatant !
Puis nous nous tournons vers des manoirs Renaissance, pour changer un peu : las ! le premier, Daniel-kastély, a été racheté par la ville d'Esztergom et il est fermé au public. Un vieux bonhomme, assez ravagé, passe par là et nous propose de nous mettre en contact avec le gars qui s'occupe du jardin de la propriété ... encore une espèce de "guide" ! Le second est moitié en travaux et moitié en location, et il n'est pas possible d'y entrer non plus. Tout le monde en effet n'est pas le prince Charles, qui y fut reçu la veille de notre passage ! Un grand moment de calme pourtant dans le parc ombragé et un peu frais, où deux forts chevaux noirs nous suivaient à quelques pas ...
Dans le soir naissant, ce fut une longue et magnifique route (avec un long arrêt à un passage à niveau perdu au milieu de nulle part, sans plus aucun des repères habituels, et c'est pour des moments comme ça que l'on voyage, évidemment !) jusqu'à Sfantu Gheorghe / Sepsiszentgyörgy (j'ai rien dit !) où Réka, une collègue "excentrée" de Ma Douce, et Alpár, son artiste de mari, nous avaient réservé une chambre dans une panzió et nous attendaient pour dîner.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

paul 23/06/2009 15:00

quel plaisir de retrouver ce que j'ai moi même vu dans ce "pays" :les portails sicules,torocko (et son petit bout de cimetière de soldats russes) .....les unitariens,les églises orthodoxes...les chambres d'hôtes "hongroises"...les "csangos".....
un vrai plaisir de lire ce blog!!

Présentation

  • : Le blog de Léo
  • Le blog de Léo
  • : Choses vues, ressenties, rencontres, photos prises pendant mon séjour à Budapest, en Hongrie.
  • Contact

Recherche