Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 09:56

Bonjour ! Jo napot kivanok !

 

Malgré ma paresse fondamentale, je m'étais promis de le faire : quand le nombre de pages visitées sur mon blog atteindrait 25 000, j'écrirais quelques lignes pour exprimer ma gratitude et remercier mes visiteurs.

Alors, chères visiteuses et visiteurs, je ne sais pas qui vous êtes, ni où vous habitez : beaucoup en France bien sûr, mais aussi en Afrique, à Madagascar, dans bien d'autres pays encore ... D'après un site bizarre que j'avais trouvé une fois je ne sais plus comment, et que j'ai perdu depuis, mon blog était au 33ème rang en France et valait la bagatelle de 1 million d'euros ! Bon, moi je veux bien (d'ailleurs s'il y a un preneur ... cela me permettrait de voir venir pour ma retraite ...) mais avec une moyenne de 10,23 visiteurs par jours, j'ai un petit peu de mal à y croire !

Et d'ailleurs peu importe, ce n'est pas ça qui compte le plus, vraiment. Non, ce qui est sincèrement étonnant, c'est que ce "petit" blog, ouvert il y a maintenant plus de 3 ans quand j'ai commencé à vivre à Budapest, et sur lequel j'interviens uniquement quand j'ai quelque chose à dire sur la Hongrie (ou sur les arbres), ce qui se produit 2 ou 3 fois par an, continue à recevoir son petit lot quotidien de visiteurs, entre 5 et 15 par jour ... suivant la météo, peut-être ?

C'est rigolo de lire comment vous y êtes arrivés. Dans les statistiques d'Overblog, on peut voir ce que les gens ont tapé pour arriver sur le "budablog".

Passons sur celui qui pointe régulièrement le bout de son nez (ou d'autre chose ...) et qui cherche désespérément une "pute à Budapest". Je lui souhaite bien du courage ! A mon avis, peu éclairé il est vrai, la réputation faite aux "filles de l'Est" est on ne peut plus fallacieuse et il a à peu près autant de chances d'aboutir que s'il tapait ... Romorantin, par exemple !

Il y aussi celles et ceux qui m'ont rencontré un jour ou l'autre, qui connaissent l'existence du blog, et qui viennent prendre des nouvelles, voir s'il y a du nouveau du côté de Léo : je leur fais un petit coucou (kukucs) amical.

Il y a les plus nombreux : ceux qui font des recherches "sérieuses" sur la Hongrie, sa langue, sa culture, ses contrées, ses monuments. Pour tous ceux-là j'espère que mon blog leur apporte un moment fructueux et les conforte dans leur idée de visiter ce pays si spécial et intéressant. Vous vous rendez compte qu'avant-hier quelqu'un "s'est tapé" TOUT le journal de Transylvanie d'un bout à l'autre ? Voilà qui fait vraiment plaisir !

Enfin il y a des parcours plus surprenants : hier, par exemple, quelqu'un a fait une recherche sur "avant-bras cloutés" qui l'a amené sur mon blog ! J'a beau faire un gros effort de mémoire, je ne me souviens pas d'avoir jamais parlé d'avants-bras ni de clous, et encore moins de la combinaison des deux ! Mais voilà, c'est comme ça, ce sont les mystères du surf sur internet !

Je ne vais pas être plus long, je ne voudrais pas être taxé de nombrilisme ! Je conclus donc sur 2 choses : d'abord je voudrais encourager celles et ceux qui hésitent un peu à franchir le pas pour écrire un blog. Croyez-moi, c'est un sacré plaisir et une sacrée aventure ! Vous n'imaginez même pas le nombre et la "nature" de tous vos lecteurs !

Enfin, encore une fois, merci à toi, bel(le) inconnu(e), qui t'es arrêté(e) un instant plus ou moins long sur le "budablog", et qui lui a permis de vivre pendant tout ce temps !!!

Sziasztok !

Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 17:46

Sziasztok !

 

Bon, je vous ai épargné la garden-party, pas vrai ?

Après une semaine passée à Budapest, on a loué une autre voiture pour un petit voyage de noces en Slovaquie !

Il faisait un temps exécrable quand on est partis de la capitale, et cela s'est maintenu sur le même mode pendant à peu près tout le voyage : aussi puis-je l'affirmer d'emblée, un petit voyage de noces en Slovaquie pluvieuse, il n'y a rien de tel pour cimenter l'entente d'un couple fraîchement uni !!!

 

Bon ... la vie et le temps passant, cela devient de plus en plus difficile d'écrire cet article ! Que faire ? Vous joindre un bel album photos avec quelques commentaires ? ben oui ... c'est ce qui me paraît possible aujourd'hui, en sachant qu'il y a des photos que vous ne verrez pas ... parce qu'elles n'ont pas été prises. Et en particulier celles qui auraient pu rendre compte de la situation de Roms en Slovaquie, non loin de la frontière hongroise, à côté de Jasov pour être un peu plus précis. Je lis moi aussi les nouvelles effrayantes qui nous viennent de Hongrie, mais je n'avais encore jamais vu quelque chose de pareil : un campement énorme, fait de différentes formes d'habitations, ça commençait avec des petites maisons presque pimpantes pour s'achever dans un bidonville innommable, avec au milieu de tout ça quelques immeubles ravagés, entrées défoncées, noircies de fumée, grouillements de population aux alentours, dehors et dedans, dans la fumée, le noir et la boue, bref, la "Guerre du feu" au XXI ème siècle ! Et comme il fallait qu'on fasse demi-tour sur la petite route qui longeait ce camp, vu qu'on avait raté la route qui menait au monument historique local, la gentillesse et le bon sourire d'un pépé, qui tenait ses petits-enfants par la main, et qui nous a fait signe que oui, c'était bon, on pouvait y aller en toute sécurité... de quoi chialer, je vous jure !!! Mais comment oser prendre des photos ?

 

Quoi d'autre qui surnage dans ma mémoire ?

Les Slovaques ne s'y prennent pas très bien avec les touristes. Il est interdit de faire des photos pratiquement partout, et celles de l'album sont en grande partie "illégales". Ce n'est pas très malin, je trouve, avec toutes les merveilles qu'ils ont, ce serait plus intelligent d'en laisser prendre et circuler les images, non ? Tout ça pour pouvoir vendre 3 cartes postales et demie ?

L'introduction de l'euro a eu des effets bizarres en Slovaquie : une place de cinéma coûte dans les 5 euros, mais un bon gros gâteau bien crémeux seulement 30 centimes !

Et je ne vous parle même pas du prix d'une chambre qui peut, selon l'endroit, varier de 20 à 60 euros, sans que le pourquoi de la chose soit tout à fait transparent !

Enfin, quand on voit du slovaque écrit, et même si on sait que c'est une question idiote, on ne peut s'empêcher de se demander comment diable font les Slovaques pour le parler !

 

Viszontlatasra !

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 18:14

Ma Douce est croyante, ce qui ajoute à son charme et, je dois le dire, à son mystère ... En effet, de mon côté, je n'ai reçu aucune éducation religieuse et ma "foi", si l'on peut dire, se résume à un grand point d'interrogation. Pourtant Elle tenait beaucoup à ce que notre union civile fût consacrée religieusement, ce à quoi je consentis sans trop de difficultés. Mon principal souci dès lors était de mieux comprendre ce que ça voulait dire, "se marier à l'église", pour ne pas être un simple spectateur de ce qui allait se passer ...

Mais savez-vous qu'un mariage religieux, ça se prépare ? C'est pourquoi nous avons passé 2 soirées chez un couple accueillant qui nous a gentiment aidés à y voir un peu plus clair dans cette affaire de bénédiction nuptiale. La 1ère fois fut la plus intéressante, parce que nous étions 3 couples de "candidats au mariage" avec des histoires et des sensibilités vraiment différentes ! Nous avons également rencontré le curé de Vienne à 5 reprises, et à chaque fois pendant 2 heures ! Je ne veux pas citer son nom ici, mais je tiens à rendre un hommage sincère à sa grande ouverture d'esprit, qui lui a permis de ne pas s'offusquer de toutes les questions et remarques que je lui ai adressées, et il y en avait ! Le mariage était fixé au 16 juillet, dans une petite chapelle au bord du lac Balaton ...

 

Nous sommes arrivés à l'aéroport de Budapest (qui ne s'appelle plus Ferihegy mais Liszt Ferenc ; on verra plus loin que d'autres changements de noms, et pas des moindres, sont intervenus ici et là) : 39° à la sortie de l'avion, un vrai four ! Malgré la canicule, le bon papa de Ma Douce était là pour nous accueillir et nous emmener à l'appartement de son fils et de mon beau-frère, où nous devions passer une nuit avant de partir pour le Balaton.

 

Le lendemain nous avons retrouvé avec plaisir la maison familiale de la rive nord qui, même si elle n'est pas très jolie avec ses gros blocs de grès rouge, vous a un air de robustesse des plus rassurants !

mariage-Balaton-003.jpg

Et puis le grand jardin, si beau quand il s'étend à la lumière du couchant ...

 

mariage-Balaton-004.jpg

 

Et puis Ma Douce qui est si heureuse quand on est là bas, au pays de son enfance ...

Nous avons passé là quelques jours paisibles, vraiment bienvenus après une année de travail un peu difficile. Le soir, sur la terrasse, nous écoutions les grenouilles en regardant les étoiles ...

 

Et puis, peu à peu, les choses se sont accélérées. La météo, tout d'abord, devint franchement menaçante. Le jeudi soir par exemple, alors que nous étions allés manger des poissons frits à Badacsony, il y eut un coup de vent terrible comme il y en a quelquefois n'importe où en Hongrie. La pluie semblait inévitable. Pourtant ce soir-là il ne tomba pas une goutte. Le vendredi, c'est à dire la veille du mariage, la gardienne de la petite chapelle que nous étions allés visiter nous assura qu'il pleuvrait sans nul doute le lendemain. Il fallait pourtant s'affairer, et tout le monde s'y est mis en essayant d'oublier ses craintes ! Mon plus jeune fils avait pu venir depuis Bruxelles, ce qui m'a fait bien plaisir. Aucun stress d'ailleurs dans ces préparatifs, chacun(e) mettant de son mieux la main à la pâte pour que tout soit prêt à temps.

 

Le samedi matin, il faisait un temps magnifique, pas trop chaud, et surtout sans le vent qui aurait pu faire plier les tentes de la garden-party ! Le traiteur arriva à temps avec tables, verres et vaisselle ; les tentes furent montées sans trop de difficultés, et arrimées autant que possible, on ne sait jamais ! Les invités arrivèrent les uns après les autres, le plus souvent en droite ligne de Budapest. Les uns après les autres, ils garèrent leurs voitures sur la pelouse, là où j'avais artistement disséminé des pétales d'hibiscus la veille, en harmonie avec la décoration opérée par une amie de la mère de Ma Douce, un peu originale mais très sympa ...

mariage-Balaton-019.jpg

 

Et puis, bon, le moment est venu où il fallait y aller, hein ? Heureusement la rencontre avec le prêtre hongrois qui devait nous marier s'était également très bien passée, et la franchise de son regard et la largesse de ses épaules avaient elles aussi quelque chose de rassurant ! On avait quand même un peu le trac en entrant dans la petite chapelle au son de la "Marche nuptiale" jouée sur un orgue de campagne !  

Que vous dire ? Je ne vais pas vous retracer l'événement dans son détail, ce qui serait ennuyeux à la fois pour ceux qui connaissent bien et pour ceux qui n'y connaissent rien ! Il y eut beaucoup d'émotion, bien sûr, beaucoup de douceur et de force aussi dans cet engagement solennel parmi une communauté de croyants. La petite chapelle était juste assez grande pour contenir la trentaine d'invités présents ...

 

mariage-Balaton-036.jpg

 

Une particularité pourtant : la cérémonie fut bilingue, mon beau-frère étant non seulement mon témoin mais aussi mon traducteur pour les passages-clés qui réclamaient une compréhension pleine et entière. Des textes furent lus, en français et en hongrois, des serments furent prononcés, main sur le coeur et main sur la croix ...

 

mariage-Balaton-015.jpg

 

Des chants furent chantés ...

 

A la sortie, des bisous furent donnés, beaucoup, des mains furent serrées, des voeux formulés ... et nous on avait le coeur qui dansait devant la petite chapelle, au bord du lac Balaton !

 

mariage-Balaton-001.jpg

 

  Mais il fallait aussi faire "danser les corps", ce qui était le but de la garden-party qui allait suivre ...

Repost 0
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 17:10

Il faut du temps pour arriver à Csepel, quand on vient du centre ville. Le mieux est de prendre le tram n°2, qui longe le Danube en direction du sud, et de descendre à Petőfi híd où il faut prendre le HÉV (l'équivalent de notre RER) jusqu'à son terminus. Compter une bonne demi-heure de trajet au total.

 

Mais pourquoi aller à Csepel ? C'est la question que j'ai lue dans tous les yeux de la famille de Ma Douce, quand je leur ai fait part de mon intention. Csepel le bastion communiste, le fief socialiste, Vörös Csepel, Csepel "La Rouge", comme on l'a longtemps appelée. Il n'y a rien là-bas, aucun objet d'intérêt et donc de tourisme ; seulement des usines et des lakótelep, ce que nous appelons des "grands ensembles". Voire ...

 

Des lakótelep, certes, il y en a, et pas qu'un peu. De toutes couleurs, tailles et dimensions ...

       csepel 6664                                         csepel 6691 csepel-6669.JPG

csepel 6689 csepel 6681

 

Mais, vous l'aurez compris, quel que soit l'habillage, l'idée générale reste à peu près la même : caser un maximum de gens dans un espace minimum, et pas trop loin de leur lieu de travail, c'est à dire l'Usine, dont l'entrée est en effet située juste de l'autre côté de la voie du HÉV ...

  csepel 6697

Mais, si vous le voulez bien, nous reviendrons plus longuement dans l'Usine, quand nous aurons un peu mieux exploré la partie "habitable" de Csepel ...

 

Si vous avez un peu suivi ou exploré ce blog, vous n'êtes pas sans savoir que je suis particulièrement friand de ce qu'on appelle le "szocreál", le style "socialiste-réaliste", dont vous pouvez avoir une meilleure idée en allant lire l'article consacré à Dunaújváros, qui en est en quelque sorte la capitale. J'espérais donc qu'en un lieu comme Csepel je pourrais "mettre l'appareil" sur quelques belles réalisations. Cependant les recherches préalables sur Internet n'avaient pas montré grand-chose, ce qui me fut confirmé sur le terrain, par un jeune homme très aimable qui tenait une petite boutique où il vendait un peu de tout. Il m'a expliqué que la plupart des immeubles avaient été rénovés dans les vingt dernières années, et que pratiquement toutes les statues et monuments que je recherchais avaient été transférés au "Memento Park", au sujet duquel j'ai écrit un autre article !

Il n'empêche, grâce en particulier au concours de Ma Douce, j'étais en possession d'une petite liste susceptible de contenir quelques choses intéressantes. Il me fallait d'abord trouver Béke tér, la place de la Paix. Et là, en effet, je l'ai rencontré, celui pour qui j'avais fait tout ce chemin :

csepel-6675.JPG

N'est-il pas beau ? N'est-il pas admirable, ce travailleur aux manches retroussées qui, après sa journée de dur labeur, prend bien soin de se cultiver ? Eh oui, dans les années cinquante, on croyait qu'un travailleur devait aussi se cultiver. Aujourd'hui même les chômeurs n'ont plus cette obligation, alors ...

En plus ce travailleur si soucieux d'apprendre est placé juste en face de l'entrée ... du stade de Csepel !

csepel 6677

"Mens sana in corpore sano" : quoi de plus grand, quoi de plus beau ?

 

Fort de cet enthousiasme, je suis entré résolument dans le stade en me disant que peut-être, derrière une haie, devant les vestiaires, le long d'une piste oubliée, quelque petite chose avait pu échapper à l'entreprise générale de dé-szocrealisation. Au bout de vingt mètres je me suis planté devant un grand panneau indiquant la disposition des lieux. Je ne tardai pas à être interpellé. Me retournant j'avisai deux hommes poireautant à l'extérieur d'un guichet-guérite. Le plus petit, qui était aussi le plus âgé, s'adressa à moi en ces termes : ....... Mais allez donc comprendre un Hongrois en colère, quand en plus il est bègue et qu'il lui manque toutes ses dents ! Néanmoins, le sens général du message était clair : je n'avais rien à faire ici, et surtout pas des photos, et que je déguerpisse vite fait !

Une mésaventure du même genre m'est arrivée un peu plus tard, ce qui m'a conduit à quelques réflexions générales, mais avant de vous les livrer j'aimerais vous raconter un incident qui a marqué ma journée.

Je venais de traverser, une fois de plus, la voie du HÉV (qui coupe la ville en deux, un peu comme à Győr ou à Baja, se reporter aux articles correspondants) et j'abordais une large avenue piétonnière, avec jolis pavés,  lampadaires rococo, et arbres en pots :

csepel-6693.JPG

(Je voudrais bien voir une photo de cette rue-là il y a une quarantaine d'années !)

 

J'abordais, donc, quand là, juste devant moi, à 2 mètres, un homme chargé de deux gros sacs soudain s'écroula. Il avait les cheveux très noirs et un peu longs, portait un gilet de cuir noir, était manifestement rond comme une queue de pelle alors qu'il était midi à peine. Qu'auriez-vous fait, je vous le demande ? Moi j'ai vu son beau gilet sombrer vers le sol, je l'ai entendu gémir ou pester, j'ai vu que ce n'était pas grave, qu'il était toujours conscient (il avait eu un drôle de mouvement de biais en tombant, fruit d'une longue habitude peut-être, comme pour prendre la tangente du pavé sans le heurter trop violemment) ... et j'ai poursuivi mon chemin sur la belle avenue. Ici et là, des gens regardaient, certains commentaient, l'oeil froid et la lèvre dédaigneuse. Dix mètres plus loin, j'ai jeté un coup d'oeil en arrière : le type s'était relevé, et zigzaguait péniblement avec ses sacs vers une destination tout à fait personnelle. C'est alors que j'ai croisé deux autres Tsiganes, une mère et sa fille de 14 ans. Au discours maternel, la fille a répondu : "Nem baj, nem baj ...", ce qui peut se comprendre par : " Il n'y a pas de mal, pas de problème" mais aussi par : "Il n'a pas de mal, il va bien". Je dois dire que ça m'a un peu réconforté, même si le souvenir m'a poursuivi ensuite, et jusqu'à maintenant.

 

Je suis parvenu à Szent Imre tér, la place principale de Csepel. Il y a là un très grand parc entourant une église toute rose, et parsemé de statues appartenant à diverses époques.

Cela va du monument moderne à la mémoire des "événements" de 1956, auxquels Csepel, malgré sa position exemplaire au sein du système socialiste hongrois, a participé plus qu'activement (en fournissant des armes aux révolutionnaires, d'après ce que j'ai pu lire) à la statue baroque de St Jean Népomucène, le patron des ponts, ce qui fait qu' on se demande un peu pourquoi il est là :

 

    csepel 6699  csepel 6700  csepel-6702.JPG

 

Et puis ce fut La Poste, et le deuxième "événement" montrant que Csepel s'efforce de gommer radicalement son image du passé. Le bâtiment est classé "monument historique" en raison d'une grande peinture murale des années cinquante s'étendant au-dessus des guichets, et représentant diverses scènes de distribution du courrier. Fort de mon expérience du stade, j'ai fait une photo dès mon entrée, sans rien demander à personne. Et grand bien m'en a pris parce qu'aussitôt un garde s'est levé, s'est approché et m'a fait comprendre qu'il était interdit ("tilos") de faire des photographies. Il ne rigolait pas du tout, le garde, et j'ai même craint qu'il ne m'oblige à détruire celle que j'avais prise sans permission, tant il regardait méchamment mon appareil. Après avoir parlementé avec lui, puis avec une de ses collègues de guichet qui parlait un peu l'anglais, j'ai décidé de pousser le bouchon jusqu'au bout, et de monter au 1er étage, où on m'intimait d'aller depuis le début. Qu'allais-je trouver là-haut ?

Au bout d'une pièce longue comme un couloir, deux hommes parlaient chiffres en comparant des listes. Soucieux de ne pas braquer l'autorité, je m'arrêtai à un mètre du bureau au-dessus duquel ils étaient penchés et attendis qu'ils daignent s'apercevoir de ma présence. Comme j'étais toujours là au bout de cinq minutes, ils se séparèrent enfin et le plus jeune, qui était assis, me demanda ce que je voulais. Je tentai de lui expliquer le sens profond de ma démarche, mon goût pour le "szocreál", l'intérêt de témoigner ... Il se leva avec un petit sourire et disparut dans le bureau voisin. Il en revint accompagné d'une femme qui avait l'air plutôt sympa. Mais hélas là encore c'était "tilos", sans l'ombre d'une question. Quand je demandai pourquoi, le jeune homme me répondit en rigolant que c'était "top secret". Et c'est là que je crus comprendre que ces interdictions de témoigner d'une époque révolue participaient d'une entreprise générale de "réhabilitation" de l'image de Csepel, et qu'on était donc plutôt pointilleux sur la question.

 

csepel-6703.JPG

Voilà donc la seule photo que j'ai pu prendre de La Poste de Csepel, et c'est dommage, car elle était bien fine et délicate, cette guirlande de scènes postales !!!

 

Mais il était temps d'aller juste en face, à l'Usine ... Et figurez-vous que là, où les entrées et les sorties ont dû être strictement surveillées pendant des décennies, on peut entrer comme dans un moulin, et photographier tout ce qu'on veut sans que personne ne dise rien !!! csepel-6705.JPG

Juste de l'autre côté de la voie du HÉV : vous imaginez la vie dans le quartier quand toutes ces cheminées d'industrie lourde crachaient joyeusement ?

 

Csepel-M-vek.jpg

A cette époque-là, par exemple ...

 

Parce qu'il y en a vraiment beaucoup, des cheminées ...

csepel-6717.JPG

Je ne sais pas exactement sur combien d'hectares s'étend l'Usine. Je n'en ai exploré, en deux heures, qu'une toute petite partie, c'est sûr ... De temps en temps une odeur caractéristique témoignait que quelque chose fonctionnait encore, mais en fait ce ne sont plus que quelques locaux qui sont occupés par des entreprises privées, la plupart d'entre elles ayant, quand même, un rapport avec le métal.csepel-6715.JPG

 

L'état général des bâtiments, conçus pour durer, n'est pas si mauvais, meilleur en tout cas que bien d'autres, plus jolis mais qui n'ont pas eu la chance de naître "industriels" ! Et là encore, comme dans le quartier d'habitations, un seul mot d'ordre : "Du passé faisons table rase !" Ou presque, étant donné que la "table rase" n'est pas une spécialité hongroise ... Il faut donc tourner la page, et ré-ha-bi-li-ter ! On trouve partout des petits, moyens et grands panneaux portant tous la même inscription : "Eladó   Eladó   Eladó   Eladó  !!!!!! ", c'est-à-dire "A vendre ! " comme vous l'avez deviné. Il semble même que certains investisseurs se soient mis dans l'aventure :

csepel-6706.JPG Je ne pourrais pas tout vous traduire, mais quand vous saurez que "Olcsó" ça veut dire pas cher, "Kiadó" "à louer", et "Eladó", vous savez déjà, vous comprendrez que l'Usine (née à la fin du XIXème, elle a été nationalisée après la 2ème guerre pour accomplir quarante ans de bons et loyaux services socialistes) est devenue l'objet d'une gigantesque braderie !!!

csepel-6720.JPGUn autre, pour ceux qui croient que j'exagère ! Approchez, MessieursDames, pas cher, on vous dit !!! Ne ratez pas l'affaire du siècle !!! Peut-être que dans pas si longtemps, l'Usine se sera transformée en lofts bourrés de bobos et de bobotes, qui feront du vélo sur ses beaux pavés jaunes ?csepel-6723.JPG

Dans certains coins, on dirait bien que ça a déjà commencé ...

 

Eh oui ! J'étais venu trop tard à Csepel, trop tard pour voir les hordes de travailleurs épuisés mais radieux, trop tard pour m'en mettre plein les bronches de fumées hautement toxiques, trop tard pour siroter au comptoir d'un rade crasseux un verre de "pálinka" d'Etat ... Vörös Csepel, Csepel "La Rouge", n'existe plus, ne veut plus exister, et qu'on ne vienne surtout pas lui en parler !

Tiens ... mais qu'est-ce que je vois dans cet arbre ???csepel-6683.JPG

Ma parole, c'est tout ce que j'ai vu de rouge à Csepel, ce jour-là !!!

Sziasztok !

Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 08:48

Kukucs everybody !

 

Eh oui, j'ai eu envie de "repiquer au truc" du blog ces derniers temps, et je profite des derniers jours des vacances de Pâques pour (commencer à) mettre ce beau projet à exécution ...

(D'abord je voulais remercier mes lectrices et mes lecteurs, réguliers ou d'occasion : penser que durant tout ce  temps où je n'ai pas écrit, il y a eu chaque jour entre 5 et 10 personnes qui ont lu une page de ma prose (ou 2, ou 10), c'est quelque chose de vraiment agréable, et qui m'a tenu chaud au coeur pendant ces longs mois d'hiver ... Merci !!!)

 

Or donc, Ma Douce (de plus en plus douce) et moi-même sommes allés passer quelques jours en Bretagne, dans les Côtes d'Armor plus précisément, non loin de Tréguier pour être tout à fait clair. Nous y avons fait plusieurs excursions qui nous ont conduits aussi bien aux rochers de Ploumanach qu'au viaduc de Morlaix, nous avons monté les 140 marches qui conduisent à Brélévenez et nous avons sillonné bois et prairies à la recherche d'un menhir perdu. Pour plus de détails (et de photos) je me permets de vous renvoyer au blog de Ma Douce : vienne.over-blog.org

 

Car moi c'est du voyage de retour dont je veux vous parler, d'où le titre de cet article.

Nous sommes partis de Pontrieux le samedi matin pour arriver à Vienne (Nord Isère) le mardi en fin d'après-midi, soit 4 jours entiers pour faire moins de mille kilomètres : à l'heure du TPV, du toujours plus vite, quel luxe, quelle insolence, n'est-il pas ? Ben oui, on est comme ça, Ma Douce et moi ...

 

Au sortir de Pontrieux (capitale des lavoirs), au lieu de filer sud-est comme la logique d'un point à un autre l'aurait voulu, nous avons commencé par musarder au sud-ouest à la recherche de "vrais" calvaires bretons. En effet, nous n'en avions pas réellement rencontré lors de nos récentes pérégrinations, et cela nous manquait. A Bulat-Pestivien (qui signale en fait le rassemblement de 2 villages) point de calvaire encore, mais la charmante chapelle de Pestivien, et la belle église de Bulat :

 

rouler-dans-la-beaute-1805---Bulat-Pestivien--ND.jpg

la charmante chapelle de Bulat ...

rouler-dans-la-beaute-1823---Bulat-Pestivien--ND.jpg

et la belle église de Pestivien ...

 

et puis, un peu plus loin, à Kergrist (la maison du Christ), un calvaire, un vrai de vrai, tout en pierre de Bretagne, présentant différents moments de la Passion. Les sculptures allient précision et naïveté de manière assez surprenante. C'était là pratiquement notre adieu à la Bretagne bretonnante ...

 

rouler-dans-la-beaute-1902---Kergrist-Moelou--ND.jpg

Adieu, adieu, Bretagne bretonnante ...


Ensuite, sur mon instigation, nous avons gagné la forêt de Paimpont, au sud-ouest de Rennes, dans laquelle circulent quelques légendes ayant trait à la geste du roi Arthur. Nous y avons mangé au bord d'un lac, en nous demandant quelle serait notre réaction si tout à coup une main surgissait de l'eau, brandissant une épée, tandis qu'une voix nous intimerait de, je ne sais pas moi, faire rendre gorge à tous les traders de Wall Street ... Heureusement, il n'en fut rien et nous pûmes finir nos tartines de paté de foie tout à notre aise. En face, de l'autre côté du lac, une grosse maison dont le nom, d'après la carte, n'était autre que Brocéliande ...

 

rouler-dans-la-beaute-1928-Broceliande.jpg

la voilà ... assez banale, somme toute, non ?


Stimulés par cette ambiance légendaire, à moins que ce ne fût le pâté de foie, nous décidâmes de retourner un moment sur nos pas pour rendre visite au tombeau de Merlin himself, ainsi qu'à la Fontaine de Jouvence qui était indiquée tout à côté. Le parking bondé signalait assez la curiosité pour que nous n'ayons aucune chance de la manquer. Pour nous en approcher, ce fut un peu plus difficile ... En attendant qu'un groupe organisé libère la place nous avons choisi de partir à la recherche de la fontaine ... comme d'autres qui erraient par-ci, par-là, dans le petit bois. Et ce fut un moment assez drôle que de voir et d'entendre ces gens au bord de la crise de nerfs, ayant perdu le chemin du parking, ayant chacun son idée pour le retrouver. Et encore je me suis dit comme il était bon de voyager avec Ma Douce ... Faute de fontaine, nous sommes retournés au "tombeau" qui consistait en fait en deux grosses pierres superposées, dont l'une était cassée en deux. On a dû attendre que deux fillettes parfaitement mignonnes et agaçantes, que la maman mitraillait sous tous les angles, veuillent bien en descendre pour pouvoir faire, à notre tour, une photo convenable ... D'ailleurs la même scène s'est reproduite à la fontaine (que nous avons fini par trouver, remplie d'une eau vaguement croupissante et qui sentait assez fort le soufre) avec des adultes cette fois : et que je prends ma photo, et que je reste planté(e) devant sans me soucier de savoir si d'autres auraient besoin du champ. Est-ce que la saturation "communicationnelle" ne ferait pas de nous des autistes, oublieux des autres, voilà ce que je me, et vous, demande ...

 

rouler-dans-la-beaute-1933-Fontaine-de-Jouvenance--A-fiatal.jpg

voilà ... ce SERAIT la fontaine de Jouvence, d'accord ?


Notre prochaine destination était l'abbaye de Fontevrault, au bord de la Loire. Nous y sommes descendus tranquillement, en ne prenant QUE des départementales et en savourant la beauté des paysages ... Nous sommes arrivés à Angers vers six heures du soir et comme il était trop tard pour songer à une visite digne de ce nom (pas question d'expédier Fontevrault !) nous avons longé la Loire en direction de Saumur dans la douce lumière du soleil déclinant. Comme il était impossible de s'arrêter, vous ne verrez pas de photos mais croyez-moi sur parole, voilà une douceur qui vous reste un moment au coin de l'oeil et du coeur ! Nous avons traversé plusieurs petits villages de maisons blanches, avons longé un certain nombre de caves au fronton desquelles figuraient les noms de grandes marques de ... champagne (étrange ! est-ce que les producteurs de ce vin gazeux viennent y faire mûrir leur nectar ? s'agit-il de consortiums vinicoles ? quels liens entre Reims et les bords de Loire ?). Un je ne sais quoi de prétentieux dans l'air, en tout cas ... qui nous faisait un peu craindre pour les tarifs de l'hébergement. Eh bien, figurez-vous que non : nous avons trouvé un hôtel tout à fait correct (l'hôtel de Londres que je me permets de vous recommander) pour un prix abordable, et nous avons très bien mangé pour une somme raisonnable, en arrosant en outre le repas d'un Saumur de chez Berteau, je ne vous dis que ça !

 

Fontevraud donc, le lendemain matin. Immense, énorme abbaye royale, aussi blanche que la pierre du pays et, de prime abord, un peu trop propre, un peu trop "neuve", et ainsi un peu décevante pour l'amateur de patine séculaire que je suis. Et pourtant, que de merveilles entre ces murs ! Et quel chemin parcouru depuis la fondation il y a plus de neuf siècles jusqu'à la prison centrale, une des plus dures de France, où l'on comptait en moyenne deux décès par semaine ! Bien que Jean Genet y soit présenté comme un de ses plus illustres prisonniers, Wikipédia met en doute la réalité de cette incarcération ...

 

rouler-dans-la-beaute-2051---Fontevraud-l-Abbaye.jpg

ça ? c'est l'intérieur des cuisines, tout simplement !


Nous avons repris la route plein sud, direction Poitiers. Comme c'était un dimanche, la ville était bien tranquille et nous avons pu admirer tout à notre aise le splendide portail de l'église Notre Dame la Grande ... l'horror vacui, ça vous dit quelque chose ? non ? eh bien allez-y voir à Aulnay ou à Poitiers ... la preuve :

 

rouler-dans-la-beaute-2088---Poitiers.jpg

 

Après Poitiers, nous avons obliqué plein est vers Chauvigny et Saint Savin, où se trouvent encore 2 magnifiques églises romanes, avec portails, chapiteaux, fresques, cryptes, et tout le toutim ... On n'y peut rien, on est fous de Roman, Ma Douce et moi ...

 

rouler-dans-la-beaute-2095---Poitiers.jpg

rouler-dans-la-beaute-2186---St.-Savin-sur-Gartemp-copie-1.jpg

Photo0072.jpg

 

Comme on avait le soleil dans le dos, et que c'était bien agréable, on a continué à l'est vers La Châtre (quel drôle de nom !) avec un petit arrêt à Neuvy Saint Sépulchre et sa basilique toute ronde qui, malheureusement, était fermée. Et puis l'idée était de se rapprocher de la magnifique forêt de Tronçais, où il me souvenait d'avoir loué un gîte dans une clairière avec des copains, et d'avoir écouté le brâme du cerf dans les lointains.  On s'est donc dirigés vers Ainay le Vieil qui, dans ma mémoire, était fort joli. C'était le cas, en effet, autant que nous avons pu en juger mais en revanche pas l'ombre d'un endroit où manger ni dormir ! Il nous fallut donc aller jusqu'à Saint Amand Montrond qui se targue, comme d'autres, d'être plus ou moins le centre de la France, rien que ça. Et là je dis : voyageurs, attention ! à St Amand, chaud devant !  nous avons trouvé en tout et pour tout 2 hôtels dans la ville : après avoir jeté un coup d'oeil aux tarifs exorbitants du premier, nous nous sommes rabattus sur le confort sommaire, mais abordable, du second. Pour manger, nous nous sommes contentés d'une gargote où nous fut servi un plat familial de tomates farcies, à 10 euros par personne, quand même ! Donc je le redis : à St Amand, fous ton camp !

 

Heureusement, toute peine mérite salaire et en l'occurrence c'est l'abbaye de Noirlac, à quelques kilomètres de là, qui fut notre récompense. Curieusement, Ma Douce n'en avait jamais entendu parler et ce fut donc une vraie découverte ce matin-là. Et franchement, après Fontevraud la veille, cela se confirmait : rien de tel qu'une visite d'abbaye, cistercienne si possible, de bon matin pour vous mettre en forme pour la journée !

 

rouler-dans-la-beaute-2224---Noirlac-l-Abbaye.jpg

 

Mais il n'y a pas que cela dans la vie, non plus, et il était donc temps de traverser la forêt de Tronçais, ce que nous fîmes sans nous arrêter mais en jouissant pleinement des jeux de l'ombre et de la lumière de cette cathédrale naturelle. Vers l'est encore : Cerilly, Bourbon-l'Archambault, une halte fort sympathique sur la petite place d'Autry-Issards où, d'après ce qu'on a vu, un rouquin tient boutique qui vend de tout ! Une jolie petite église aussi, mais dont nous écourtâmes un peu la visite, alertés par un envahissant bourdonnement qui nous sembla signaler l'arrivée toute proche d'un essaim furieux et démesuré !

 

rouler-dans-la-beaute-2353---Autry-Issards.jpg

 

Vers l'est toujours : Souvigny, traversée de la N7, Neuilly le Réal, Jaligny, Le Donjon (sans donjon visible), Marcigny pour gagner Charlieu, où Ma Douce croyait trouver ... une cathédrale, rien de moins ! Et une grande, une connue ... moi, la cathédrale de Charlieu, ça ne me disait rien, mais bon ... ce n'était pas une preuve, vous l'aurez compris !

Pas de chance : pas de cathédrale à Charlieu, mais une bonne grosse abbaye, encore une, dont le jour de fermeture était le lundi, tout comme l'office de tourisme ! N'importe, j'ai tiré quelque liquide, nous avons fait quelques emplettes et roulez jeunesse ! nous avons fait le tour de Roanne par le nord, en passant par La Bénisson-Dieu (si ! si ! je vous assure que ça existe) et, bien sûr, son église. Ensuite, c'est Ma Douce qui a eu une inspiration : "Et si, a-t-elle dit, nous allions dormir au bord des gorges de la Loire ?" Ni une ni deux, nous avons continué notre tour de Roanne par l'ouest, et nous sommes arrivés dans un charmant village : St Jean-St Maurice, perché au dessus du lac de Villerest. Il nous a fallu chercher un peu pour trouver un logis : l'hôtel ne faisait plus hôtel, la 1ère chambre d'hôtes ne pouvait pas nous accueillir et finalement nous nous sommes retrouvés aux "3 ponts", sur la route de Bully, où nous avons été très bien reçus : un bon repas avec "que des bonnes choses", une chambre confortable, des hôtes très sympas, une adresse recommandée !

 

Le lendemain, quatrième et dernier jour de notre voyage, nous avons commencé par visiter de fond en comble ce St Jean-St Maurice, et nous avons admiré le panorama sur la Loire et son confluent avec l'Isable. J'ai même vu sauter hors de l'eau un poisson grand comme ça, si ce n'est pas plus !

 

rouler-dans-la-beaute-2535---St.-Jean-St.-Maurice.jpg

Puis nous sommes redescendus en longeant le Forez à main droite, et c'est sûr que cela donne envie de revenir, tous ces villages perchés ici et là, de chaque côté de la route ...

Sue les conseils de notre hôtesse, qui semblait sur le point de défaillir quand elle en parlait, nous avons fait halte à Champdieu, son église, son monastère dans l'ancien réfectoire duquel nous avons pu admirer une très belle fresque représentant la Cène, évidemment !

 

Mais j'allais oublier Pommiers, où nous sommes passés juste avant ! Pommiers, son abbaye solidement fortifiée et son église aux magnifiques chapiteaux romans, Pommiers où nous avons fait la rencontre d'un curieux bonhomme qui s'est jeté sur nous dès notre entrée dans ladite église ! Et "êtes-vous croyant ? êtes-vous pratiquant ? militant ? qu'est-ce que vous pensez de la politique actuelle ? etc ..." C'est quand on a pu discerner dans sa logorrhée vindicative des expressions comme "aller aux putes" ou "pédophilie" qu'on a considéré qu'il valait mieux prendre un peu de recul ... Je me rappelle encore ses petits yeux de fouine fanatique, qu'il fermait d'ailleurs la plupart du temps quand il parlait ... comme quoi la beauté est un combat de chaque instant, n'est-il pas vrai ?

 

Photo0067.jpg

Pommiers en Forez, vu d'un peu plus loin, évidemment !


Et c'est là-dessus que je voudrais conclure, cher lectrice, cher lecteur : ne lâche rien ! Prends ton temps, regarde autour de toi les merveilles que les hommes des temps plus ou moins anciens ont disséminées, repais tes yeux de tout ça, emplis-en ton esprit, voire ton âme, sans te soucier des modes et des sollicitations d'un monde qui désespère d'agoniser, la panse débordante de victuailles périmées dans leurs emballages plastiques ...

Oublie résolument ce sac à merdre et ... roule (toi) dans la beauté !!!

Repost 0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 15:35
Comme je le pressentais dans le dernier article, je n'ai vraiment pas beaucoup de temps pour penser à mon blog ces derniers temps, et encore moins pour y écrire ... Voilà 4 semaines que j'ai repris le travail de professeur de collège, et il me semble que je commence tout juste à savoir où je vais et comment ... En plus, comme je suis nouveau dans l'établissement, j'ai droit au traitement spécial "nouvel arrivant" : pas de salle attribuée (alors que chaque collègue dispose de "sa" salle), trois niveaux d'enseignement (alors que toutes les autres, il n'y a que des femmes dans l'équipe de français, n'en ont que deux !), un horaire vraiment étrange, avec des semaines A à 22 heures, et des semaines B à 16 heures, à se demander si tout cela est bien légal ... M'enfin, je suis loin de me plaindre : "prof" est vraiment un boulot que j'adore, et j'ai juste besoin d'un peu plus de temps pour à nouveau l'apprécier pleinement, voilà tout !

Et la Hongrie dans tout ça ? me direz-vous... Eh bien j'ai l'immense chance d'en avoir un joli petit "bout" à la maison, en la personne de Ma Douce, qui m'a suivi dans mon retour hexagonal. Et son charmant accent d'Europe Centrale, avec "o" fermés et "r" roulés m'enchante toujours autant ! Elle est là quand je rentre, harassé, d'une série de cours où il m'a fallu batailler avec les phrases et les propositions, le schéma narratif et autres terminaisons des verbes du premier groupe. Elle m'attend avec des bons petits plats ... Et chaque ouiquenne nous allons marcher dans les collines autour de la ville, et nous sommes heureux de nous sentir vivants ...

Ceci dit, la tenue d'une maison, la lessive, le repassage, la cuisine, et même les recherches en histoire de l'art, ne suffisent plus à remplir la vie d'une jeune femme moderne "en disponibilité" et c'est pourquoi Ma Douce a décidé de tenir, à son tour, un blog sur ses découvertes, ses rencontres, les choses vues et ressenties lors de son séjour en France : chacun-e son tour ! Il sera écrit en hongrois, au moins dans les premiers temps, mais je sais que nombre de lecteurs du "Budablog" parlent cette langue et nous espérons qu'ils nous suivront lors de ce changement de point de vue !

Rendez-vous donc sur   http://vienne.over-blog.org  pour passer "de l'autre côté du miroir" !!!

Szia everybody !!!
Repost 0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 17:28
Sziasztok !

J'ai longtemps hésité pour le titre de cet article. Pas si facile en effet de rendre compte d'une réalité telle que j'ai pu la voir et la ressentir lors d'une boucle Hongrie-Serbie-Croatie-Hongrie, en essayant d'être "vrai" sans être trop simpliste ...

Je vous plante le décor : nous étions à Baja, non loin de la frontière serbe donc, et j'ai dit à Ma Douce : "J'aimerais bien avoir quelques tampons supplémentaires sur mon passeport". Aussitôt dit, aussitôt fait, nous voilà partis vers le sud par une matinée dominicale et radieuse. Autour de nous une grande plaine bordée de bosquets et d'allure assez riche ...


Et puis, très vite, on est arrivés à la frontière avec la Serbie. Il a fallu insister un peu mais j'ai quand même réussi à obtenir un cachet d'entrée sur mon passeport ! Si le paysage est resté quasiment identique, l'ambiance n'était plus tout à fait la même : beaucoup de vieilles voitures, de nombreuses charrettes, des gens assez pauvrement vêtus et à l'expression relativement fermée ... Et puis les panneaux au bord de la route :

Trois écritures donc : en haut (donc en première position) le serbe cyrillique, au milieu le serbe "international", et en bas le hongrois reconnaissable à l'accent sur le "á". Souvenez-vous en effet que ces frontières n'ont pas un siècle d'existence, et que cette petite ville de Bezdan/Bezdán appartenait encore il y a peu à ce que certains appellent aujourd'hui la "Grande Hongrie". A ce sujet, très compliqué, je me permets (une fois n'est pas coutume) de vous renvoyer à l'analyse de M. Pierre Waline, qui a l'air de savoir de quoi il cause ...
http://www.causeur.fr/les-hongrois-n%E2%80%99ont-pas-digere-l%E2%80%99affront-de-trianon,955
Juste une phrase de citation pour vous donner une idée de la "problématique", comme on dit à l'Université ...
"Hier, Roumains, Slovaques et Serbes constituaient des minorités en Hongrie. Aujourd’hui, ce sont les Hongrois qui forment une minorité en Roumanie, Slovaquie, Serbie (et Ukraine)."
Ben oui, et pour moi, "franchouillard de base", ça reste quand même une sacrée énigme. Pour moi (comme pour beaucoup d'autres, j'imagine ?) les frontières c'est quelque chose de donné, qui ne se discute pas : on a les Pyrénées, les Alpes, le Rhin, et puis ... le reste ! C'est vu, c'est acquis, c'est digéré. Et même qu'à l'heure de l'Europe, on peut se permettre de les oublier un peu, ces frontières, et que peut-être, dans pas longtemps, on aura tous un beau passeport européen ? Alors, forcément, se battre férocement pour un bout de grande prairie, à l'aube du XXI ème siècle, ça semble un peu appartenir à un autre âge, non ? Et pourtant ...


Pourtant, voilà le mémorial qu'on trouve au centre de  Сомбор/Sombor/Zombor, charmante petite ville par ailleurs, avec de longues allées ombragées et des terrasses pleines de gens qui rient au soleil en prenant l'apéro du dimanche. Vous lisez bien les dates : 1990-1999, dix ans seulement que la guerre est finie ici, et cette mère serbe pleure sur ses enfants disparus ... âmes vaillantes, fleurs aux fusils, tombés pour défendre leur chère Serbie ...

Cependant, en continuant la promenade, ce sont des souvenirs d'un tout autre genre que l'on peut découvrir :


Fièrement dressés au fronton de ce bâtiment dont l'origine austro-hongroise ne laisse aucun doute, ailes déployées, que trouvons-nous, si ce n'est deux "turuls", oiseaux divins appartenant à la mythologie magyare et qui eurent Attila pour premier descendant ! A noter encore au centre du fronton une belle étoile dont le rouge a disparu ...
Et ce sera ainsi tout au long de cette boucle : d'un côté une même campagne parsemée de coopératives (anciennes ou modernes) et les mêmes vestiges d'un glorieux et impérial passé (plus ou moins bien entretenus selon la politique nationale) et de l'autre l'affirmation incessante, par la langue, les monuments, les traces encore fraîches d'une guerre récente, d'une identité serbe, une identité croate, une identité hongroise qu'il ne s'agit surtout pas de confondre ou de mélanger !

Entre Сомбор/Sombor/Zombor et la frontière croate, pas plus de 50 kilomètres que nous avons allègrement franchis dans notre petite auto ...



Au passage, un beau tampon sur mon passeport mais aussi ... un examen minutieux du coffre arrière ! On ne plaisante pas avec les visiteurs venant de Serbie ... surtout quand leur plaque minéralogique est hongroise ?

Sur la place centrale de Osijek/Eszék, jolie ville de Croatie allongée au bord de la Drave (qui rejoint le Danube un peu plus loin, à la frontière serbe) j'ai pris une photo qui m'a semblé symbolique :

"Only the laws of God and Nature are above the sovereign will of the people of Croatia"
GOD AND CROATS

Je pense que l'inscription se passe de tout commentaire ? Probablement une citation (inoubliable, j'en conviens) de l'homme statufié, probablement un des "pères de la nation" ...
Ce qui me paraît intéressant tout d'abord, c'est qu'elle soit rédigée en anglais, et pas en croate : par "modernisme" ? par volonté d'universaliser le message ? Quand on voit ce qui se passe en Slovaquie en ce moment, où une nouvelle loi impose, entre autres choses, d'ajouter aux monuments qui en sont dépourvus (et inutile de vous dire que du côté de la frontière hongroise ça ne manque pas !) la traduction exacte en langue nationale de toutes les inscriptions qui y figurent, et cela dans des caractères d'une grosseur au moins égale à celle des susdites inscriptions ...
Le décor ensuite : un arrière-plan fait de maisons néo-baroques du 19ème siècle, qu'on peut trouver aussi bien en Slovaquie qu'en Transylvanie ou à Budapest et Vienne.
Et enfin, les "marques", bien sûr ! Palmers, Triumph, NafNaf, etc ... Des marques comme on peut en voir en Serbie, en Croatie, en Hongrie, et un peu partout ailleurs dans le monde ... Et au dessus de tout ça, quoi ? Le logo d'une banque, du fric, de l'oseille, du pèze, bonhomme, c'est ça l'avenir !!! Alors, oui, Bon Dieu, si jamais il vous arrive d'exister, veuillez faire en sorte que les petits Croates, les petits Serbes, les petits Hongrois, et tous les petits autres parviennent à trouver leur voie, entre un glorieux passé et un futur de pacotille, sans avoir besoin de bousiller celle des autres, d'accord ?


Dans le soir qui tombait nous avons traversé la grande plaine. L'auriez-vous deviné ? Nous étions en Hongrie ...

Sziasztok !!!
Repost 0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 17:35
Szia !

Voilà un moment qu'on voulait aller à Pécs, Ma Douce et moi. C'est là qu'elle a fait sa première année d'université, là qu'elle a connu la liberté, au sortir d'un lycée religieux assez strict, qu'elle a connu la magie du choix, entre tous ces enseignements, qu'elle a collectionnés, et tous ces beaux jeunes gens. C'étaient donc beaucoup de souvenirs pour elle et pour moi, à part tout ça, c'était la découverte d'une ville renommée.
On a donc loué une voiture (12 000 forints du vendredi soir au lundi matin, je peux donner l'adresse à ceux que ça intéresse ...) et on est partis vers 18 h le vendredi. La route est jolie dans le soir qui se couche, surtout à partir de Szekszárd (prononcer sex hard ...), on roule entre des collines habitées sur la droite et le Danube sur la gauche, ça fait un peu penser aux bords de Loire, et on est arrivés à Pécs quand la nuit tombait. On a garé la voiture (pas facile de trouver une place non-payante à Pécs !) et on a posé nos affaires dans une mignonne petite chambre louée par la fondation Kolping aux bonnes familles chrétiennes, d'après ce que j'ai compris. En tout cas il y avait un crucifix au-dessus du lit, et aussi une télé grand écran, et câblée avec ça !
Puis on est ressortis pour trouver de quoi se restaurer. Sur la place devant "l'hôtel" beaucoup de monde, beaucoup de jeunes personnes qui parlaient fort en marchant, en riant, en buvant, assis ou debout. En même temps la ville paraissait très tranquille : très peu de circulation, très peu de postes hurlant une resucée d'un tube des anciens temps, AUCUNE sirène d'ambulance, ni de pompiers, ni de police, ce qui est une vraie bénédiction pour quelqu'un qui habite Budapest !

Voilà le plan de Pécs : le trait brun que vous apercevez en haut (juste en dessous du boulevard jaune), et aussi un peu sur la gauche et en bas, figure les anciens remparts de la ville. Nous on logeait au bord de Szent István tér, la place mentionnée plus haut. On a pris en face la rue Apáca pour arriver, un peu plus loin, sur Széchenyi tér (du nom d'un grand homme malheureux dont j'espère avoir l'occasion de vous reparler), LA place centrale de Pécs. Sur des indications que la soeur de Ma Douce nous avait données, on a fini par trouver l'Afium, un restau en sous-sol dans Irgalmasok utcája. Un cadre sympa, certes, mais une bouffe passable, et un service un peu ... limité. Là aussi les gens, plus âgés, buvaient beaucoup et parlaient fort ...

Le lendemain, après un copieux petit déjeuner, nous sommes retournés à la place Széchenyi pour voir la Grande Mosquée. Il faut vous dire (ou vous rappeler ?) que Pécs a été une des villes hongroises les plus tôt conquises par les Turcs de Soliman le Magnifique :


Quand on regarde cette carte des principaux points d'occupation turque sur le territoire de la (Grande) Hongrie, on s'aperçoit qu'ils avaient de la stratégie quand même, ces barbaresques ! Ils ont foncé directement sur Buda et Pest en passant par Szeged (1541), puis ils ont élargi peu à peu leur domination : Tata, Esztergom, Székesfehérvár (1543) Visegrád, Nógrád, Hatvan (1544) tout en se ménageant un couloir le long du Danube : Pécs, Siklós (1543) Ozora (1544), peut-être pour garder un cordon ombilical avec la "mère-patrie" ? Après les occupations s'échelonnent entre 1551 et 1663, sur plus d'un siècle !

Mais revenons à la grande mosquée de Pecs ... qui n'en est plus une puisque, après la reconquête et la libération du "joug ottoman", elle redevint ce qu'elle était, c'est-à-dire une église ! Ce mélange des genres, à l'intérieur de l'édifice, ça donne ça :


avec la coupole caractéristique de l'art musulman, décorée de plein d'anges roses avec leurs deux ailes, tous plus chrétiens l'un que l'autre ! Au niveau du sol, ce n'est pas mal non plus :


Les "niches" musulmanes (ainsi que les suspensions ?) ont été conservées et même restaurées. On leur a "simplement" adjoint là un Christ en croix, ici une statue de saint ...

Après cela, comme à notre habitude, nous nous sommes promenés un peu au hasard, en suivant l'inspiration du moment. On est tombés assez vite sur le bâtiment où l'on prépare (fiévreusement ?) Pécs à son rôle de "capitale culturelle européenne" pour 2010, autant dire demain ! Beaucoup de rumeurs négatives courent sur la gestion des affaires à Pécs : détournement des subventions, corruption, blocages politiques, etc ... Que ce soit pour ce "capitalat" ou pour l'autoroute qui est censée être achevée à temps pour relier Budapest à Pécs, les Hongrois ne se privent pas de commenter sur un ton aigre-doux la désespérante lenteur de l'avancée des travaux. C'est vrai que la façade dudit bâtiment elle-même inspire un sentiment ... curieux :

Comme on dit, il n'y a rien de fait ...

Mais foin de ces questions politico-financières ! Après tout, nous n'étions pas là pour nous lamenter sur les difficultés internes de Pest, et sur les tribulations de ses gestionnaires ! Nous poursuivîmes donc notre chemin le coeur léger, glanant ici et là quelques fragments de beauté, comme beaucoup de villes hongroises peuvent en recéler ...

Et puis nous sommes arrivés sur une placette du centre ville et là, au milieu des touristes qui léchaient leurs glaces, nous sommes tombés en arrêt devant un spectacle assez étrange et inattendu ...


Des membres de "Falun Gong" étaient plongés dans une intense méditation, qui contrastait avec l'ambiance commerciale environnante. Je dois avouer que je ne suis pas allé voir les photos qui illustraient leurs revendications. Il fut une époque où je recevais (je me demande bien pourquoi) dans ma boîte mail des messages émanant de leur part et dont chacun contenait son lot d'atrocités bien senties. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi on ne parle pas plus d'eux alors qu'on n'hésite pas à en faire des tonnes avec les Thibétains, les Ouïgours, ... Est-ce parce que c'est une "secte" ? parce que l'on considère qu'après tout ils l'ont bien cherché ? que s'ils veulent à tout prix être des martyrs, grand bien leur fasse ? Je ne sais ...

Mais baste de ces questions politico-métaphysiques, nous avons continué notre route sans sourciller ... Ma Douce, qui commence à connaître mon goût un peu pervers pour le szocreal m'a emmené dans un bistrot qu'elle fréquentait autrefois, aux temps lointains où elle ne me connaissait pas encore ...

où l'on retrouve "celui qui dit comment il faut faire" ...

Combien de bisous échangés sous ces fresques glorieuses ? combien de regards brûlants ? de rendez-vous donnés et reçus ? de frôlements furtifs sur les banquettes de moleskine ? Bien sûr que je ne lui ai pas demandé, vous me prenez pour qui ?
Nous sommes ensuite descendus tout au sud de la ville, jusqu'à Rákóczi út que nous avons longé un bon moment avant d'arriver à l'autre mosquée de Pécs. Celle-ci est en travaux et abrite un petit musée assez inintéressant à l'entrée duquel une grosse dame s'ennuie à mourir en écoutant de la musique vulgaire sur sa radio portative. Cela devrait-il être permis ? En tout cas cela se fait ...


A l'intérieur de l'édifice, on retrouve bien des traits similaires à ceux de la "Grande Mosquée" de la place centrale, mais dans un tout autre état, évidemment ...


Pour finir, un clin d'oeil : non loin de la mosquée, Ma Douce a pris la photo d'une tête de satyre qui sert de fontaine ... La voyez-vous ?


Sziasztok !!!
Repost 0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 18:25
Puisque :
- l'on ne peut pas toujours être "en disponibilité" ...
- l'on ne peut pas non plus éternellement survivre grâce à quelques leçons particulières, aussi agréables soient-elles, et elles le furent
- les quelques portes auxquelles j'ai frappé pour travailler de manière plus "sérieuse" sont demeurées muettes et closes
- j'aime le métier de professeur de français en collège, que j'ai hâte de reprendre
- Ma Douce a besoin de temps de son côté pour continuer ses recherches en Histoire de l'Art
- elle n'est pas opposée au fait de prendre à son tour un an de "disponibilité"
- elle se verrait bien tenir un blog sur la France et les Français, mais en hongrois cette fois

les dés en sont jetés : nous irons vivre quelque part dans l'Hexagone à partir du 1er septembre prochain !
Si je vous dis ça, chère lectrice, cher lecteur, c'est bien sûr par rapport à ce blog qui risque fort, étant donné la charge de travail d'un professeur de nos jours (si, si, il ne faut pas croire ...), de se trouver en sommeil, voire en catalepsie, dans un délai d'un mois à peu près. D'ici là, j'essaierai encore de publier un ou deux articles. Je voudrais bien, en particulier, vous faire part de ce qui, après un an de séjour (je suis arrivé ici le 20 août 2008), me rattache désormais à la Hongrie. Mais pour cela j'ai besoin d'un tantinet de réflexion ...

En attendant, sziasztok, et merci encore de votre fidélité !!!


Repost 0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 17:42
- Les Hongrois ont une façon un peu particulière de se saluer : ils se serrent vigoureusement la main, se regardent droit dans les yeux, et se présentent par leur nom puis leur prénom. Exemple, moi je dirais : "Debuda Léo vagyok (je suis)" Mais je ne sais pas encore dans quel ordre ça doit se faire : est-ce à moi de commencer ? dois-je attendre que l'autre le fasse ? Et après on peut rajouter "nagyon örülök", ce qui veut dire "je suis bien content".
- comme la Hongrie est un petit pays, il arrive souvent que des personnes qui se voient pour la première fois aient au moins une connaissance commune. On s'aperçoit que les Hongrois vivent dans un réseau de relations beaucoup plus serré que le nôtre, en France ...
- en hongrois, expliquer se dit "magyaráz", c'est-à-dire parler en bon hongrois. C'est un peu comme si, au lieu du verbe expliquer, on employait, je sais pas moi, "franciquer" par exemple.
- l'autre jour, je me suis dit que la démocratie hongroise n'était pas si éloignée de la démocratie malgache, qu'il m'a été donné d'observer pendant 5 ans. Dans les deux cas, il s'agit d'un modèle imposé (d'ailleurs il n'en existe plus d'autre n'est-ce pas ?) à des populations qui n'étaient pas prêtes pour le vivre : Madagascar avec l'indépendance, la Hongrie avec le "changement".  Bien sûr les situations et les histoires sont complètement différentes mais dans les 2 cas, on assiste à des effets identiques : un fossé énorme entre les riches et les pauvres, une lutte féroce pour s'emparer du pouvoir et de la richesse, sans aucun souci du bien public, la démocratie étant perçue avant tout comme l'opportunité offerte à chacun, s'il est assez dur et assez malin, de marcher sur la tête des autres en s'en mettant plein les poches ! Et le pire, c'est que c'est clair et accepté par chacun !
- en hongrois, le verbe "avoir" n'existe pas ! (Plutôt sympathique, me direz-vous ...) Vérifiez dans votre dictionnaire français-magyar favori, et vous trouverez avoir : Il a van . Mais "Van" veut dire "il est", "il existe". Pour dire "j'ai une maison", le Hongrois dit : "Egy hazam van" soit "une maison à moi existe". Je me demande si cela change quelque chose au "sentiment de propriété" ... cela implique-t-il une distanciation, ou au contraire une fusion possessive ?
- un matin, comme nous sortions pour aller travailler, nous fûmes étonnés de trouver au coin de la rue tout un tas d'ambulances, voitures de police, etc ... Ma Douce me dit qu'il y avait un mort allongé sur le trottoir, mais je ne le vis pas. Quand, mon cours fini, je repassai par là une heure et demie plus tard, le mort était toujours là, bien enveloppé dans un plastique noir d'où ses chaussures dépassaient, bien rangé au bord du trottoir. Les voitures clignotantes avaient disparu mais dans une entrée d'immeuble, deux flics à chapka rigolaient doucement ...
- en hongrois, les genres "féminin" ou "masculin" n'existent pas ! Bien sût il y a des mots pour dire "femme" (nő) ou pour désigner tout autre élément du sexe féminin, mais pour dire "il" ou "elle", c'est le même mot : ő (à prononcer comme des "oeufs" mais un peu allongé). Et le soleil n'est ni masculin, ni féminin, il est, tout simplement !
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Léo
  • Le blog de Léo
  • : Choses vues, ressenties, rencontres, photos prises pendant mon séjour à Budapest, en Hongrie.
  • Contact

Recherche